En balade à Castell Coch

Lion – Casi

Hello, hello

Olala, un nouvel article déjà, si c’est pas beau tout ça! En plus, aujourd’hui je vous amène en balade dans un château à seulement 20mn du centre de Cardiff. Bien que le château soit facilement accessible, en bus, en voiture et même en vélo grâce à un chemin partant de Cardiff centre nous avons mis un moment à le visiter. Avant de commencer la visite, faisons un point sur son petit nom: il s’appelle Castell Coch en gallois et Castle Coch en anglais, comme vous avez pu le deviner facilement « castell » est le mot gallois pour « castle » en anglais, qui donne « château » en français. Mais alors, que veut dire « coch »? Eh bien « coch » veut dire rouge en gallois. Eh oui, vous allez le voir, le château est fait de gravats de grès rouge ce qui explique la présence de la couleur dans ce joli petit château.

Je vous amène quelques escaliers plus haut…

C’est un château médiéval (il date de 1240-65) qui a été laissé à l’abandon pendant très très longtemps jusqu’à ce qu’en 1880 le 3ème Marquis de Bute, passionné par le Moyen-Âge décide de s’en occuper. Il engage William Burges et ils refont le château afin de lui redonner vie. Ce château sert de château d’à-côté puisque la résidence du Marquis est le château de Cardiff (mon article sur le château de Cardiff). Burge meurt en 1881 mais le travail continue grâce aux plans qu’il avait fait et le château est rénové.

On entre dans la salle des banquets et je suis de suite attirée par les fenêtres, je suis bien curieuse de la vue… Eh bien au moins elle n’est pas bloquée par les bâtiments! Je ne sais pas vous, mais moi ça m’irait très bien comme vu au petit déjeuner!

Sinon, la salle la voici. Elle est décoré aux murs par des peintures relatant les exploits de St Justin, le monsieur qui a le privilège d’avoir une statue de lui-même au dessus de la cheminée. J’aime bien cette pièce, surtout la vue, mais attendez de voir la prochaine… Ma préférée de tout le château!

Je veux vivre dans cette pièce, sous ce plafond. J’ai souvent la tête en l’air (littéralement, ou pas) alors j’ai un peu une fascination pour les jolis ciels et les jolis plafonds et celui-là est probablement un des plus beaux que j’ai jamais vu. Non, vous trouvez pas? Le bleu est éclatant, décoré d’oiseaux magnifiques et d’étoiles d’or. Je l’admets, c’est peut-être un peu chargé mais c’est le salon, ils n’avaient pas la télé à l’époque et je peux vous dire qu’observer tout les détails, ça occupe alors vous n’en avez pas besoin. Il y a une belle cheminée avec des personnages, un chandelier, des bancs prés des fenêtres pour admirer la vue, rêver, et sur les murs sont peints des personnages des Fables de La Fontaine. C’est ce que je vous disais, il y a de quoi s’occuper; regarder les peintures, trouver qui est qui et se remémorer les fables. Il y a aussi de belles peintures de fleurs délicates.

Nous avons visité les chambres et bien que celle de Lord Buke est relativement sommaire et petite, celle de Lady Bute est relativement spacieuse. Je pense qu’elle fait presque la taille de mon appartement. Bizarrement, bien qu’elle soit vide elle fait très chargée à cause des dorures au mur et au plafond. La pièce est assez oppressante, ceci-dit, j’aime beaucoup la coupole.

Evidemment, si vous suivez le blog ou si vous me connaissez un peu, vous savez que la nourriture et moi nous sommes dans une jolie relation, on s’apprécie plutôt pas mal et du coup je ne pouvais pas ne pas m’arrêter un bon moment dans la cuisine, au grand désespoir du Barbu qui n’a rien trouvé de mieux à faire pour patienter qu’essayer d’ouvrir toutes les armoires possibles. Mais bon, si vous le connaissez, ça ne doit pas vous étonner non plus. Je disais donc, la cuisine, tellement spatieuse! Bon, en même temps elles étaient plus de deux à y passer leur temps. Elle se trouve en face de la salle des banquets et une ouverture sur la gauche permettait de passer les plats aux servants. Il y a dans la pièce trois portes en bois rouges qui signifient qu’il y avait 3 cheminées de cuisine au Moyen-Âge, cependant au temps Victorien de Lord Bute ils n’en utilisaient qu’une. C’est peut-être un détail pour vous (je vous laisse continuer à chanter) mais pour moi, une si belle table ça veut dire beaucoup. J’en rêve.

Nous avons continué à monter les escaliers afin de visiter tous les recoins, jusqu’aux prisons (et ça donne pas envie!). Ce qui est bien dans ce château c’est que vous n’allez pas en avoir pour 3 heures, ce n’est pas comme le château de Londres, Tower of London, qui prend une éternité folle.

Vous ne trouvez pas que la tour fait « tour Disney »?

Le tour du château terminé, nous avons poursuivi la balade par un tour autour du château et là, ouvrez les yeux, attention au vert. Il y a du vert par-tout. C’est tellement magnifique que ça en est magique.

On croit tomber dans un conte, une légende ou un film avec des princesses et des princes à cheval, des druides et des petites fées. Non je ne suis pas complètement folle je suis juste imprégnée par tout ce mystique gallois. Non mais!

Comme vous pouvez le voir, le château est entouré de verdure, même la mousse a recouvert les fondations. Ah, j’oubliais! Je vous conseille de visiter la boutique, il y a des choses sympas! Vous pouvez acheter des livres sur l’histoire du château, des chevaliers, du pays, des plaids en vraie laine (j’en rêve!) et… des marques pages fait de caca de moutons. Oui! Il y a au Pays de Galles 3 moutons par habitants, donc ils en font de la viande et de la laine mais des petits malins ont aussi trouvé une façon écologique pour utiliser leur caca, ils en font du papier. Je trouvais ça important de vous le dire. J’en ai d’ailleurs acheter un et je suis toute triste parce que je l’ai perdu :(

Je n’ai absolument pas retoucher cette photo. Ni la couleur, ni le cadrage. Comme vous pouvez le voir si vous regardez le bout du chemin, la ligne d’horizon est belle est bien droite sur la photo, c’est juste que le chemin se trouve en pleine pente! Non, mais, rassurez-moi, vous imaginez bien des druides ici vous aussi, non? Ou au moins le Roi Arthur et ses potes. Des princesses et des princes. Non, toujours pas?

Nous vous conseillons de vous enfoncer un peu dans la forêt, déjà parce que c’est magique, ça sent bon la nature, les couleurs sont extraordinaires, vous croiserez peut-être de beaux animaux, et surtout il n’y a pas de bruit. Rien. Rien du tout. Vous croiserez aussi peut-être quelques promeneurs avec leur chien, quelques coureurs. Et je vous propose même un peu plus, marchez, marchez et peu à peu vous sentirez une douce odeur, laissez-vous guider. Là, un peu perdu au milieu de la forêt se trouve un tearoom. Bon, je vous avoue, vous pouvez y aller en prenant la voiture en repartant sur Cardiff (ou en arrivant) mais ça vaut vraiment le coup de passer par la forêt. Elle est si belle! Et ce petit tearoom, Forest Cafe, qui vous guidera par sa douce odeur est trop mignon, vous pouvez vous assoir à l’intérieur ou dehors, où vous serez en compagnie d’un paon et d’écureuils. Le patron est d’une gentillesse in-cro-yable, vraiment! La nourriture est simple mais ce n’est pas un restaurant, c’est juste un tearoom, l’endroit parfait pour vous détendre.

J’espère que la balade vous a plu, rien qu’en écrivant ces lignes j’ai envie d’aller me balader dans cette forêt. Les photos ont été prises au printemps, elle doit être magnifique en automne. A très vite. Des bisous

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Le Pays de Galles, un an après

Calon Lan – Fron Male Voici Choral & Cerys Matthews

Aujourd’hui est un jour un peu spécial et à jour spécial, article spécial. Début juillet 2016 j’apprenais que j’obtenais un poste d’assistante avec le CIEP, j’étais déjà très contente puis j’ai appris que l’école où je serai assistante se trouvait dans la région de mon premier choix, le Pays de Galles. Après une discussion avec ma famille, le Barbu et mon chat (ne me jugez pas), nous nous sommes tous dit que c’était une chance et une expérience extra-ordinaire et j’ai accepté le poste. Nous avons passé l’été à profiter du beau temps (cliché oblige), de notre famille et de nos amis qui ont gentiment accepté de faire une raclette dans le jardin sous 35 degrés!

Nous sommes partis de Bordeaux direction Londres le 26 septembre 2016 et le 27 septembre nous passions le Severn Bridge pour la première fois, le fameux pont qui relie depuis 1966 l’Angleterre au Pays de Galles. Nous avons évidemment eu des galères, sinon ce n’est pas drôle: nous avions loué une voiture à St Pancras et nous avons mis une heure (à pieds et avec des lourdes valises) à trouver l’agence de location, nous n’avons plus eu de batteries sur nos téléphones après le Severn Bridge, à 40mn de notre lieu d’arrivée et donc pas de gps pour trouver l’agence de location pour poser la voiture, et il faisait nuit. Nous nous sommes évidemment perdus dans Cardiff et des filles qui se baladaient sur la baie l’ont bien vu, elles nous ont carrément proposé de les suivre en voiture jusqu’à l’agence de location. Qui était évidemment fermée. Elles nous ont donc indiqué comment rejoindre notre hôtel pour la nuit. Trouver son chemin dans une nouvelle ville de nuit n’est pas facile mais nous au moins nous partions avec un bon à priori sur les gallois qui nous ont bien aidé!

Dans cet article j’ai envie de vous parler de cet endroit que nous avons découvert et de ces habitants, des idées reçues que l’on combat désormais et celles que l’on approuve à au moins 80%, et de la vie ici.

Le Pays de Galles

Durant mes études, j’ai entre autres fait un bac littéraire option anglais renforcé et une licence d’anglais alors je connais deux-trois trucs sur l’anglais et la culture anglophone mais malheureusement, je ne me souviens pas une seule fois avoir entendu parler du Pays de Galles et c’est ce qui a fait que lors de mes voeux d’assistanat j’ai demandé cette « région » en premier. Je voulais savoir des choses sur ce que beaucoup de gens qualifient comme région mais qui est réalité un pays à part entière. Cela fait d’ailleurs 20 ans cette année que le pays a sa propre Assemblée. C’est un pays avec ses propres villes et campagnes, montagnes et plages, sa propre langue et ses propres traditions. Et ne dites jamais à un gallois qu’il est anglais, j’ai fait le test avec certains de mes élèves et ils n’aiment absolument pas ça!

Parlons des gallois justement. Je pourrais presque dire que ce sont les gens les plus gentils que je connaisse mais il ne faut pas généraliser. Ils vous voient perdus? Ils viennent vers vous, vous guident. Ils sourient dans la rue, disent bonjour dans les parcs (ça nous a un peu effrayé au départ d’ailleurs, on ne comprenais pas trop). Ils sont sociables, évidemment le sujet premier risque d’être la météo (ça s’apprend!) mais ils vous parlent, dans les bus, dans la queue, au pub… Ils s’excusent tout le temps, même si vous les poussez mais je crois que c’est assez répondu au Royaume-Uni, comme faire la queue. Faire la queue est très important, vous serez mal vu si vous doublez, ils en ont même fait un verbe! Ils demandent systématiquement si vous allez bien et les taxis sont de vraies pipelettes, votre vie ne les intéresse probablement pas, mais ils papotent. Les gallois sont assez ouverts, du moins c’est ce que nous pensons, nous sommes toujours tombés sur des gallois accueillants et intéressés, intéressants. Ils aiment tous Tom Jones (c’est une blague… ou pas).

Tiens, ça m’amène aux clichés et petites choses à savoir:

  • Oui il y a beaucoup de moutons
  • Oui il y a beaucoup de chateaux
  • Oui, c’est tout vert
  • Oui, ils ont un accent. Non en fait, des accents! L’accent de Cardiff n’est pas le même que celui de la ville d’à côté, ni des Valleys, ni de l’Ouest et encore moins du Nord etc… Ca s’apprend, ça se prend (eh oui, j’ai pris un peu leur accent!) mais jamais tout à fait.
  • Toute façon, au Nord, ils disent 50% du mot. En fait tous les gallois disent 50% des mots.
  • Je ne veux pas rentrer dans la politique mais merci à Cardiff pour ce petit panneau européen ;)
  • La nourriture est bonne, oui! Les welsh cakes, les cawl, le petit-déjeuner et les poireaux. Oui, les poireaux sont particulièrement bons ici.
  • Ils sont tous alcooliques. Vous savez ce cliché sur les irlandais? Ben c’est la même chose ici. J’exagère à peine. Ils boivent beaucoup!
  • Il n’y a pas de cafés avec terrasses, pourquoi faire en même temps vu la météo? Mais il y a beaucoup de pubs et qu’est-ce qu’ils sont charmants… Rien de plus cosy qu’un pub!
  • Le gallois n’est pas tant parlé que ça et peu peuvent prononcer le nom de la plus longue ville du pays Llanfairpwllgwyngyllgogerychwy rndrobwllllantysiliogogogoch mais quand ils peuvent, ils se la pètent grave!
  • Mais les panneaux sont en anglais et en gallois, parfois en gallois et en anglais.
  • Ils disent « cheers drive » quand ils sortent du bus.
  • Ils vous appelleront sans doute « love ».
  • Ils ont un festival de culture galloise, l’Eisteddfod et je suis super fière parce que j’arrive à le prononcer depuis peu! Ce festival tourne autour de tous les arts gallois et en plus ils y élisent et décorent leur poète national, je vous mettrais bien sa photo mais il me fait peur (bisous!)
  • Une fameuse phrase ici « tout le monde peut câliner, seuls les gallois peuvent cwtch ». Un cwtch c’est un câlin, mais en mieux. Parce qu’il est gallois.
  • Les gallois sont fières, et ils ont de quoi! Ils ont quand même un dragon sur leur drapeau… D’ailleurs les gamins doivent vachement batailler à dessiner leur drapeau. Leur hymne est magnifique.
  • Il ne pleut pas tout le temps… Des fois il pleuvine. Je blague, des fois il fait beau, on a eu 28° cet été! Quelques jours… Nous avons même attrapé des coups de soleil.
  • Ils aiment beaucoup le sport et quand il y a des matchs ça se voit, beaucoup portent les maillots (femmes et hommes) et préfèrent supporter n’importe qui plutôt que l’Angleterre, même les français! Quoique vu ce qu’il s’est passé récemment, je suis plus trop sûre ahah
  • Merlin, le Roi Arthur, Roald Dhal, Bonnie Tyler, Tom Jones, Duffy, Charlotte Church, Catherine Zeta Jones, Anthony Hopkins, Gareth Bale, Christian Bale, Luke Evans… tous sont gallois et il n’y a pas qu’eux! Oui, j’ai mis Merlin et le Roi Arthur avec des gens réels parce qu’après tout, pourquoi pas?
  • Je devrais peut-être arrêter ma liste ici. Mais faut aussi dire qu’ils sont drôles, qu’ils utilisent des mots bien à eux et qu’ils s’appellent tous Jones ou Davies. C’est pas vrai, mais c’est comme en France, on s’appelle pas tous Martin ou Dubois, mais presque.

Il faut aussi dire qu’ils ont des choses bien étranges dans leurs supermarchés mais je vous consacre un petit article à ce sujet, je crois que ça vaut le coup.

Ah oui, autre chose, l’école où je travaille est un collège-lycée de garçons et j’appréhendais beaucoup au début mais olala que c’est cool! J’ai l’impression qu’il y a beaucoup moins d’embrouilles, et ils sont tellement attentionnés avec nous, certains sont extrêmement gentils! Bon, je vous cache pas que ceux de 14 ans ils ont 14 ans et les mêmes attitudes que tous les autres petits garçons de 14 ans hein. Mais quand même! C’est autre chose, et c’est super cool!

Lorsque nous sommes venus, j’avais une petite wishlist:

  • Courir à Londres
  • Courir à Cardiff ✓
  • Participer à une course ✓
  • Aller au cinéma ✓
  • Aller voir un match de cricket ✓
  • Aller au Millenium Stadium voir un match ✓
  • Aller voir une comédie musicale au Wales Millenium Centre ✓
  • Aller à Snowdonia ✓
  • Aller à Brecon Beacons ✓
  • Aller dans le Pembrokeshire ✓
  • Visiter Tintern Abbey
  • Aller à Hay-on-Wye ✓
  • Aller voir un match de hockey ✓
  • Faire une belle randonnée
  • Apprendre le gallois (en cours…)

Comme vous pouvez le voir, nous avons fait la plus part des choses sur ma liste, et j’en suis extrêmement ravie! Vous pouvez retrouvez tous mes articles sur le Pays de Galles répertoriés ici. J’avais fait une wishlist assez condensée parce que nous n’étions partis que pour un an et nous voulions voir le maximum de choses mais puisque nous restons un an de plus…

  • Monter Pen-Y-Fan
  • Aller à Tenby
  • Aller à Tintern Abbey
  • Courir un semi-marathon (c’est dimanche, j’ai peur…)
  • Courir 10km dans une course officielle
  • Aller à Aberystwyth
  • Voir les cascades de Brecon Beacons
  • Apprendre le gallois
  • Courir à Londres
  • Faire une randonnée
  • Faire de la barque à Roath Park
  • Louer un cottage pour quelques jours

Et je vous donne rendez-vous dans un an ;)

Je ne sais pas si vous avez tenu jusqu’ici parce que je reconnais que j’ai beaucoup écrit aujourd’hui mais je n’ai même pas de mots pour dire à quel point ce pays me touche et m’emporte. J’ai l’impression que ce pays et ces habitants m’ont changé, certaines parts de moi sont transformés à jamais et certains de mes avis renversés. Je pourrai parler de cet endroit en le personnifiant totalement, ce pays a une âme et est habité par une beauté incroyable. J’aime habiter dans une capitale à taille humaine, être à 30mn de la mer et 30mn des montagnes. J’aime avoir tellement de chateaux à découvrir que je ne pourrai jamais tous les voir. J’aime ce vert et ce bleu, ces couleurs puissantes et le rouge du dragon, son caractère. J’aime pouvoir aller dans un parc tous les jours à 5mn de chez moi, j’aime qu’il y ait autant d’espaces verts. J’aime cette liberté d’être: avoir les cheveux gris, vert, rose ou bleu à n’importe quel âge, pouvoir s’habiller comme on veut sans être dévisagé en mini jupe ou en gothique, en chino ou en short sous 5 degrés. J’aime cette ouverture d’esprit, ce mélange de religions et de cultures qui sont incroyables ici, ces panneaux avec plusieurs couleurs de peaux représentées. J’aime allumer ma télé et tomber sur S4C, la chaine galloise à laquelle je ne comprends strictement rien sauf quand ils se disent bonjour et donc devoir mettre les sous-titres anglais. J’aime à la folie tous ces accents, ces gens chaleureux même si au premier regard ils peuvent faire peur. J’aime cette pluie finalement. J’aime ces moutons, qu’ils soient communs ou tachetés et tous les autres animaux présents ici même si les cygnes me font peur quand je cours près d’eux. J’aime faire la course avec les écureuils lors de nos sorties running. J’aime les mouettes. J’aime ces jonquilles qui annoncent l’arrivée du printemps. Je me rappelle m’être assise devant un lac à Snowdonia, avoir respiré et avoir eu envie de pleurer devant tant de beauté. Ce petit pays est si beau.

Nous y étions partis pour un an, nous rempilons. Maintenant mon cher Pays de Galles tu fais parti de moi, tu feras toujours parti de moi et je t’aime fort, très fort. J’avais envie de te le dire, de le dire à qui me lira. WALES FOREVER. Happy birthday to you and us ou, comme tu dirais, penblwydd hapus. Session sentimentale terminée,

Des bisous à vous aussi, merci d’être là.

Toutes les photos viennent de mon Instagram que vous pouvez trouver ici.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Richmond Park, à l’état presque sauvage

Share With You – Nashville Cast

Hello, hello

Aujourd’hui avec le Barbu nous sommes en vadrouille, hors du pays et dans une ville très très connue, je vous propose d’ailleurs de nous suivre sur Instagram (meloubee) si vous voulez voir tout ça. Alors que nous sommes donc dans le train pour la ville, sur le blog je vous amène en pleine nature. Les photos datent un peu puisqu’elles ont été prises le 11 juin mais dans ma tête, les images sont intactes et les sensations aussi. Le Barbu m’avait offert des places pour aller voir Nashville en concert au Royal Albert Hall à Londres et nous avons profité du fait que le concert finisse tôt pour aller voir un endroit que nous voulions voir de nos propres yeux: Richmond Park.

Ce paysage tout vert, d’une beauté remarquable ne se trouve qu’à 25mn du centre de Londres! On peut même apercevoir certains bâtiments très connus depuis le centre du parc.

Richmond Park est une réserve naturelle qui date de 1627 (oui!) mais ce qui y est étonnant c’est que les voitures peuvent y passer, à 40km/h certes, mais elles sont autorisées tout de même. Vous pensez sûrement que ce n’est pas essentiel de passer par ce parc lorsque vous êtes en voyage à Londres parce qu’après tout, des parcs ce n’est pas ce qui manque! Savez-vous pourquoi celui-ci est unique? Non seulement il est magnifique mais ces habitants le sont d’autant plus. Majestueux, attendrissants mais impressionnants, habitués à l’humain mais sauvages. Qui sont-ils?

Des bambis. Oui, oui, des bambis partout! Lorsque vous passez en voiture ils sont en bord de route, lorsque vous marchez dans l’herbe ils ne sont jamais bien loin et qu’est-ce qu’ils sont beaux. Ils dorment, marchent, courent, vivent en toute liberté avec quelques amis. Ils savent que l’humain est là mais chacun garde ses distances, chacun se respecte. Malheureusement, lorsque nous y étions deux filles leur ont couru après pour les prendre en photo, je trouve ça d’une stupidité alarmante. Pardon mais non seulement elles les dérangent juste pour un selfie et ça… ça se passe de commentaires mais en plus elles ne se rendent pas compte que ça peut-être très dangereux; les cerfs, les faons et les biches restent des animaux sauvages dans cette réserve naturelle et je sais pas vous mais moi, me faire charger par l’un deux ça me tente pas trop trop.

S’il vous plaît, où que vous alliez, dans n’importe quelle réserve naturelle, ou même dans n’importe quel parc, ne courez pas après les animaux, s’ils veulent vous voir, ils viendront. Ils sont tellement beaux dans leur milieu, sans cage, il faut savoir que chacun a sa vie et chacun doit respecter cela. C’est déjà magique de pouvoir les voir, les effrayer pour un selfie… Bof quoi.

Eh oui, il n’y a pas que Bambi et ses amis, il y a d’autres espèces d’animaux: des oiseaux, des scarabées, des chauve-souris, des écureuils… Les arbres et les fleurs sont magnifiques aussi, il y a beaucoup d’herbe bien sûr, nous sommes aussi passés par un petit lac. Un espace de nature si près de la ville et pourtant si calme, si varié m’a énormément émerveillé. A Richmond Park vous avez plus de 1000 hectares de nature autour de vous. Et les couleurs! Alors que je vous poste ces photos estivales je me dis que j’y referai bien un tour en automne, ça doit être splendide aussi.

Sur le chemin nous nous sentions observés, puis il était l’heure de rentrer, nous mettons 2h30 environ pour faire Londres – Cardiff alors lorsque le soleil s’est couché, nous avons admiré les couleurs et hop, en voiture Simone.

J’espère que vous avez aimé la balade et que j’ai pu retransmettre un peu la beauté de cette nature. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, si vous y avez déjà été ou si vous connaissez d’autres jolies réserves comme celle-ci. Des bisous

 

 

 

 

 

Penarth: le bleu, calme et sérénité

One Love – Blue

Hello, hello

Alors que nous sommes en route pour des vacances de deux semaines en France, je voulais vous poster un article évasion. J’ai plusieurs articles de cette catégorie qui attendent sagement d’être publiés et je ne savais pas bien lequel vous poster puis je suis retombée sur ces photos du 4 juin et ce jour là je me rappelle avoir posté une photo semblable à celle de couverture sur Instagram avec la légende « Just what I needed » (« Pile ce dont j’avais besoin »). Et ça fait un écho avec notre départ en vacances, on en a besoin! Nous n’en avons pas besoin pour les mêmes raisons mais quand même, revoir notre famille, notre côte et notre environnement va nous faire du bien.

Direction Penarth donc. Penarth est située entre là où nous habitons, Cardiff et là où je travaille, Barry. Nous y avions mis les pieds brièvement, lorsque nous avions traversé le barrage qui part de Cardiff Bay mais nous n’avions jamais été jusqu’à la jetée alors qu’elle est très connue. Nous nous sommes garés en haut d’une petite côte et nous sommes descendus à pieds, vers la plage de cailloux.

Nous avons marché le long de la jolie promenade pour aller sur la jetée. Quelle est belle! Elle m’a rappelée celle d’Arcachon, j’aime beaucoup les jetées parce que je les trouve très poétique. Celle-ci nous remonte dans le temps, elle date de l’époque Victorienne, la construction a commencé à 1894 et a été ouverte en 1895. Elle a été utilisé par l’armée lors de la Première Guerre Mondiale puis a été laissé à l’abandon jusqu’en 1929 quand Penarth Borough Council l’a racheté et lui a redonné un coup de peps avec un pavillon art déco. Il a servi de théâtre puis de cinéma mais cela n’a pas fait long feu, et de 1934 à 1939 a servi de salle de bal. Puis la Seconde Guerre Mondiale… il a fermé. Et re-ouvert en 1950, que d’histoire! De nos jours la pavillon inclue une galerie, un auditorium, un cinéma de 70 places, quelques magasins, restaurants et cafés, et tout cela avec vue sur le Canal de Bristol.

S’assoir sur un banc, regarder au large, respirer et se dire que tout ira bien.

Ce jour là, le 4 juin, était un peu un jour chafouin. De ceux où vous ne voulez pas sortir mais vous avez envie de prendre l’air, où vous avez faim mais ne voulez pas manger, où vous voulez être seul mais avec quelqu’un. Il arrivait après les attentats de Manchester, le 22 mai et de Borough Market à Londres, le 3 juin. Bien que les britanniques montrent une attitude très cliché britannique à ces évènements: le fameux « keep calm and carry on » qui consiste à être choqué mais ne surtout pas baisser la tête, avancer et continuer son bout de chemin, on pouvait sentir une atmosphère tendue, un peu lasse. Et c’était le jour du concert One Love Manchester organisé par Ariana Grande. Pour ces jours-là, il n’y a rien de mieux que le bleu.

Qu’est-ce que ça nous a fait du bien ce bol d’air, ce bleu. Le bleu est ma couleur préférée, je la trouve apaisante, rassurante et j’aime ces nuances. Elle me rappelle la mer près de laquelle j’ai grandi, le ciel où ma tête se trouve souvent et la couleur des yeux de certaines personnes. La couleur bleu me va bien, elle me réconforte.

Nous avons fait demi-tour et sommes remontés vers le parking. Au lieu de remettre nos petites fesses dans la voiture nous avons continué notre chemin vers la falaise, c’est une balade bien agréable. Il y a un truc assez chouette au Pays de Galles: le Wales Coastal Path, vous pouvez faire le tour du pays grâce à un parcours de randonnée qui longe la côte et fait 1400km de Chepstow (la limite sud-est de l’Angleterre, vraiment!) à Queensferry (la limite nord est). Nous avons donc marché un petit moment, pour mieux voir les deux îles au milieu du Canal de Bristol, Flat Holm et Steep Holm puis nous sommes rentrés.

J’espère que vous avez aimé la balade, je suis curieuse, dites-moi; que faites-vous les jours chafouins? Demain ne sera probablement pas un jour chafouin (je l’espère pas en tout cas!) mais je sais que je vais retourner dans un endroit réconfortant, en France cette fois-ci, et j’ai hâte.

Des bisous

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Découverte du Pembrokeshire: Newport et Fishguard – visite, où dormir et manger

On est bien comme ça (acoustique) – Vianney

Hello, hello

Déjà le dernier article sur notre petite visite du Pembrokeshire nord! En réalité nous étions censés rester aussi tout le lendemain mais comme vous l’avez vu dans l’article précédent sur notre tour en bateau, le mauvais temps s’est invité et lorsque nous nous sommes réveillés, il pleuvait. La pluie, c’est pas très grave mais quand on a pas de parapluie ni de manteau, c’est quand même un peu fâcheux. Nous avons donc écourté notre visite mais avons tout de même tenu à voir de belles choses, je vous les présente aujourd’hui.

Tout d’abord, parlons d’une chose essentielle: le dodo, le logement. Nous avions vite-fait regardé les hôtels et ils étaient relativement chers, nous nous étions donc rabattu sur Airbnb qui proposait des jolis endroits beaucoup moins cher (moitié moins, dans certains cas!). Vous connaissez sans doute Airbnb et si vous ne connaissez pas, je peux vous proposer un lien de parrainage qui nous fera gagner à vous et moi du crédit voyage, il vous faut juste cliquer ici. Nous avons choisi le logement de Joanna, à Llanychaer au doux nom de « Lavander Cottage« ; il était idéalement situé pour nous car entre St Davids et Newport que nous voulions visiter, et surtout il était au calme! Nous n’avons pas eu un seul bruit de voiture, de sirène, de ville et ça c’est le rêve, nous pouvions même entendre la pluie tomber et au loin quelques vaches. Pour une nuit nous n’avions pas réellement besoin d’un si grand logement mais pour le prix, nous avons osé le confort maximum; c’est un cottage trop mignon et très grand, parfait si vous êtes un couple pour quelques nuits et même plus. J’ai trop envie d’y retourner cet hiver pour me caler devant la cheminée… Vous pouvez voir quelques photos sur Airbnb alors je ne vous mets pas celles que j’ai prise de l’intérieur mais deux du bel extérieur.

Après notre tour en bateau nous avions faim, notre hôte nous a demandé si nous avions des plans pour plus tard et nous lui avons dit que nous voulions aller manger quelque part entre Fishguard ou Newport. Nous étions plus accès sur Fishguard mais il nous a conseillé un pub à Newport et on s’est dit que les conseils d’un local étaient probablement de bon conseils alors nous avons changé d’avis, direction Newport, The Golden Lion. Le pub est ultra typique, ultra mignon et calme! Vous pouvez manger à l’intérieur, à l’extérieur devant ou dans le petit jardin derrière. Comme dans la majeure partie des pubs la nourriture est simple mais gourmande, les prix sont corrects et les gens accueillants. J’ai même eu le droit d’entendre un monsieur au bar discuter avec une serveuse en gallois et j’adore ça, il m’en faut peu hein, mais j’adore entendre les gens parler gallois même si, évidemment je ne comprends strictement rien sauf quelques mots car je suis en train d’apprendre mais c’est dur! Bref, je vous recommande chaudement ce pub, la nourriture était top!

Nous avons terminé notre soirée par une balade en bord de mer en allant à Newport. C’est un endroit tout petit mais tout mignon, très « village de pêcheurs », avec des maisons en pierres, des murs en pierre, et devant beaucoup de maison un petit jardin avec des bancs vue sur mer. La photo de couverture de cet article est d’ailleurs à Newport, vous pouvez voir que malgré la marée basse c’était très joli. Les couleurs étaient très belles, un bleu profond mélangé au gris et une lumière de nuit qui donnait une douceur particulière à l’atmosphère.

Nous avons donc passé une belle nuit au Lavender cottage et nous nous sommes réveillés avec le bruit de la pluie. Elle a voulu gâcher nos plans mais que nenni, nous ne sommes tout de même pas rentrer illico, nous avons tenu à voir Fishguard, un autre petit village de pécheurs. Sous la brume et la pluie certes. Mais tout de même! Nous n’avons pas eu trop de chance de tomber à marée basse car cela donne un petit côté mélancolique mais j’aime beaucoup ces petites maisons qui apportent de la couleur au milieu de tout ce gris. Et puis s’asseoir et regarder les mouettes, c’est cool. C’est très apaisant.

Dernier petit arrêt avant de rentrer à Cardiff: Pentre Ifan car nous voulions voir un peu du vieux. Cet endroit est niché sur une colline et en théorie, il y a une vue magnifique sur la campagne et la mer mais bon, brouillard oblige, on a vu des moutons! Pentre Ifan est une chambre funéraire qui date du néolithique (qui a donc 4500 ans) et qui est formée avec le plus gros dolmen du Pays de Galles, et devant la chose une question nous est venue « comment? comment ont-ils fait? ». Le caillou fait quand même 5m de long et pèse 16 tonnes et est posé sur 3 autres cailloux verticaux fait de la même pierre que celles de Stonehenge. C’est fou, j’ai beau y réfléchir je ne comprends pas par quelle magie ce truc tient depuis si longtemps. Ils étaient balaises quand même! Si quelqu’un a l’explication, je la prends vo-lon-tier.

Et voilà, notre découverte du Pembrokeshire est terminée! Nous espérons y retourner pour visiter la partie sud car les villages ont l’air magnifiques là-bas aussi. Le Pembrokeshire c’était quand même super cool, même si le temps s’est garée et nous avons passé un très agréable moment, un bel anniversaire.

Si vous voulez revoir les articles précédents sur le Pembrokeshire les voici:

Et les autres articles sur le Pays de Galles sont regroupés ici: CRUSH #10.

Alors, ça vous dit le Pays de Galles? On est pas partis encore, on a trop de choses à voir, à partager!

Je vous laisse avec Léo l’escargot, habitant de Pentre Ifan et des bisous.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Un tour en bateau de St Justinian à Ramsey & Skomer Island

Perfect – Ef Sheeran

Hello, hello

Voici « le truc que l’on ne fait pas dans la vie de tous les jours », enfin. L’article me tient à coeur parce que j’espère vous faire ressentir au moins 1/4 de la beauté de l’endroit et avec des mots, ça peut être très difficile car cet endroit n’a pas besoin de mots. Lorsque nous avons cherché quoi faire d’exceptionnel pour nos 10 ans, je me suis souvenue que le Lonely Planet mentionnait un tour en bateau possible autour de Ramsey Island dans le Pembrokeshire et on s’est dit que oué, carrément, on ne fait pas ça tous les jours. Il y a plusieurs tour opérateurs dont les principaux sont Voyages of Discovery, Thousand Islands et Blue Ocean Adventures; les prix sont relativement les mêmes pour un voyage de même durée et je ne savais pas quoi choisir alors j’ai tout simplement envoyé un mail en leur demandant pourquoi ils étaient mieux que les autres (le tour, le personnel et les bateaux). C’est très bête, mais déjà voir qui répond aide à se faire une idée et voir comment ils parlent de leur entreprise nous a permis de faire un choix. Parmi les trois, un n’a pas répondu et un des deux restants a répondu plus vite et nous a parlé de la sécurité de leurs bateaux alors nous avons choisi celui-là. Nous explorerons avec Voyages of Discovery.

La compagnie choisie, nous avons appelé pour réserver un tour de 2h30, relativement cher (£60 par personne) mais dont le titre était « observation des baleines et dauphins », tour autour de Grassholm et du Petit Phare et qui avait l’air plutôt pas mal. La dame au téléphone m’a dit de rappeler le lendemain pour vérifier les conditions météorologiques, ce que j’ai fait et ils nous ont annoncé que le tour ne pourra pas se faire car il y a trop de vent, les conditions ne sont pas assez bonnes et peuvent être dangereuses pour aller à cet endroit. Ca fait râler, mais en même temps, ça rassure. Ils nous proposent à la place un tour d’1h à 1h30 autour de Ramsey Island pour voir quelques animaux, des caves et l’île et il coûte beaucoup moins cher (£26 par personne), on se dit okay, pourquoi pas c’est mieux que rien et c’est toujours un truc de fou pour nous! Le lendemain, après avoir trainé un peu dans Saint Davids nous nous rendons dans leur boutique et le monsieur nous dit que le dernier tour d’1h à 1h30 vient de partir. Dommage! Il reste un dernier tour qui part dans 1h30 et il s’agit du « Islands expedition » qui dure 2h, le prix est entre les deux que nous devions faire à la base (£45 par personne), très bien, c’est au milieu et il est prévu d’aller à Ramsey island, Skomer island et voir des animaux. Par-fait!

Cette fois-ci on ne traine pas, on repart à la voiture et on se dirige vers St Justinian, à 15mn de St Davids, nous préférons être très en avance. A notre arrivée se trouve un parking gratuit complet donc nous nous dirigeons à celui à £3 la journée. Pourquoi ce détail est important? Parce que je ne sais pas si vous savez mais la pièce d’£1 a récemment changé de forme, elle est toute jolie toute brillante mais ces gens très intelligents n’ont pas pensé qu’elle ne rentrerait pas dans les machines pour payer… Certains horodateurs ne prennent donc que des anciens £1. Très pratique puisqu’évidemment nous avions £2,50 en vieilles pièces et £3 en nouvelles. Cette petite histoire fait partie des #VeryBritishProblems très agaçants mais drôles parce que bon, ce n’est pas non plus une horreur en soi. Nous avons appelé Voyages of Discovery pour leur dire car nous n’étions pas trop tenté par l’amende, merci bien; nous avons donné notre plaque d’immatriculation au monsieur et il nous dit de donner £3 à Sam lorsque nous arrivons au bateau. Y a plus qu’à trouver Sam! Finalement, il est la première personne que l’on croise, il ressemble à un garçon de la côte comme chez nous, cheveux blonds et barbe/moustache à la Jax Teller, ça nous fait sourire et on sent que ça va être super.

Nous avons 40 minutes d’avance alors on se promène un peu le long de la côte. C’est époustouflant.

Puis nous descendons les escaliers et nous nous asseyons près du chien, de Sam et des autres personnes. Il nous donne des gros manteaux parce que bien qu’il fasse 24 degrés et un beau soleil, ils nous dit qu’une fois sur le bateau il fait plus froid. Le bateau arrive avec le conducteur et le guide, Neil et Martin, ils nous aident à monter dans le bateau, nous conseillent de mettre les manteaux et nous expliquent comment enfiler le gilet de sauvetage, comment il marche et les vérifient. Eh bien c’est parti, excités comme des puces, nous voilà en route.

La couleur de cette eau est juste magnifique, on dirait qu’elle est peinte tellement elle a de couleurs et de reflets. Nous approchons de Ramsey island et nous voyons qu’il y a des courants contraires, Neil et Martin nous explique comment ça marche et nous nous mettons même dans un trou formé par les courants contraires pour voir comment ça fait. Ca fait peur! Mais c’est super cool d’apprendre tout cela et finalement, une fois que le bateau démarre vraiment, on voit qu’on en sort très facilement. L’île est belle, grandiose et c’est très impressionnant, des oiseaux volent autour de nous; il s’agit de puffins (shearwaters en anglais).

Martin nous annonce que nous allons nous approcher d’une caverne car on peut y croiser quelques amis.

Voici donc Phoque le phoque (le Barbu n’a aucune originalité pour les noms). On le voit très bien à l’oeil nu mais j’ai zoomé avec l’appareil photo, nous n’étions pas si près de lui avec le bateau. C’est d’ailleurs une chose que nous avons énormément apprécié, à aucun moment le bateau ne s’est approché trop des animaux, nous les avons laissé vivre leur vie et même si en s’approchant on aurait mieux vu, Martin et Neil nous expliquent qu’ils ne veulent pas les déranger. Nous ne pouvons qu’être du même avis! Nous somme restés un petit moment près de Ramsey island pour observer, respirer et se rendre compte de la chance que l’on a puis nous avons pris le large. Direction: le large encore plus large!

Et au large encore plus large on aperçoit la jolie Ramsey island mais aussi toujours des oiseaux et… des dauphins et des marsouins. Ben voilà quoi. Vous êtes dans un bateau, au milieu de nulle part, entouré de bleu et vous apercevez un aileron, deux ailerons, trois ailerons. C’est incroyable. Nous les voyions sauter et c’était vraiment magique. Pour ces moments-là nous n’avons pas réellement pris de photos car pour tout vous dire, nous étions trop émerveillés et préférions l’avoir dans la mémoire qu’en photo. J’ai néanmoins réussi à prendre celle-ci, alors que je ne m’attendais pas à en voir un. Quelle chance!

Nous n’en avons pas vu beaucoup mais Neil et Martin ne voulaient pas se lancer à leur poursuite (merci!) alors nous sommes restés un petit moment pour les regarder et nous sommes repartis en direction de Skomer island.

Plus nous nous approchons de Skomer, plus il y a d’oiseaux. J’étais impatiente de rencontrer les macareux (puffins en anglais) parce que je les trouve tout simplement plus que mignons! Neil et Martin nous ont demandé si nous les imaginions comme ça et nous avons tous répondu que non, nous les imaginions beaucoup plus grands mais leur petite taille les rend encore plus choupinoux avec leur petit bec orange. On dirait des pingouins-oiseaux.

L’île de Skomer appartient à la Natural Resources Wales (NRW) et est gérée par la National Trust of South and West Wales. C’est un site classé d’intérêt scientifique et classé comme Monument Historique. Elle était originellement rattachée à la terre mais s’est séparée à l’ère glacière il y a 12 000 ans. C’est la plus large des îles du Pembrokeshire, elle fait 730 acres. Il y a plus de 6 000 couples de macareux sur Skomer et plus de 2 000 couples sur Skokholm (une île à côté). C’est la plus grande colonie en Grande Bretagne! Il y a environ 120 000 couples de puffins sur Skomer Island, 45 000 couples sur Skokholm Island et leur nombre grandit sur Ramsey Island. Nous avons vu des milliers d’entre eux, c’était fou! Puis il y avait évidemment Miss Mouette, elle avait beaucoup moins d’amis que les deux autres mais elles étaient présente aussi. Nous avons d’ailleurs eu la visite de l’une d’entre elle sur le bateau, elle est restée un moment, nous a observé, a lâché son caca, a photobombé une de mes photos et est repartie. Martin l’a appelé Steven parce qu’en anglais mouette se dit seagull et du coup ça fait « Steven Seagull » ce qui fait « Steven Seagal », comme l’acteur. C’était drôle! C’était drôle, non? Le tour a été ponctué de petites blagounettes comme celle-ci c’était sympa. Nous avons aussi croisé deux sortes de méduse, donc une que je n’avais jamais vu (les méduses lunes) qui sont belles mais très dangereuses, Martin a bien précisé qu’il ne fallait pas se baigner ici!

Nous arrivions à la fin de nos 2h, tristes mais tellement heureux d’avoir eu la chance de voir tout cela et le temps avait l’air de se gâter. Il n’avait pas que l’air! Sur le chemin du retour nous avons croisé deux phoques, ou leur tête plutôt, ils nous regardaient passer près d’un rocher. On ne voyait plus grand chose à cause de la brume qui était tombée et la température avait drôlement baissé! Nous étions partis sous un grand soleil, 24 degrés et nous revenons sous une brume épaisse et 14 degrés. En seulement 2 heures! Mais quel souvenir… Un de nos plus beaux!

Infos pratiques: nous avions choisi Voyages of Discovery, un tour de 2h pour £45 par personne, il y a 12 personnes + 2 employés sur le bateau. Nous avons eu un jeune homme au comptoir, Sam, Neil (je ne sais pas écrire ce prénom, 1000 excuses) et Martin et ils étaient tous super gentils alors merci à eux. Honnêtement j’avais un peu peur en montant dans le bateau mais nous avons appris tellement de choses, vu des animaux magnifiques, passé un moment inoubliable. Ca c’est un beau cadeau pour 10 ans! C’est dans ces moments-là qu’on se rend compte que nous humains, nous sommes tellement peu par rapport à la diversité qui se trouve dehors, à la beauté de notre petite planète…

J’espère que j’ai pu vous transmettre un peu de ce beau moment, je vous laisse avec le photobomb de Steven et Skomer qui s’éloigne. Des bisous

(Les photos sont à moi, merci de ne pas les utiliser sans mon accord.)

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Découverte du Pembrokeshire: St Davids

Without you – Tobias Jesso Jr

Hello, hello

Je vous retrouve aujourd’hui pour une petite balade dans le beau Pays de Galles. Pour nos 10 ans (10 ans…!) avec le Barbu nous n’avions pas envie de cadeaux matériels mais nous avions envie de nous faire deux jours en amoureux, de quoi construire encore des souvenirs et faire des trucs que l’on ne fait pas tous les jours et pour cela, nous avons traversé le pays d’est ou ouest. Ca fait foufou dit comme ça hein mais Cardiff se trouve à l’est et notre première destination, St Davids, se trouve à l’ouest et pourtant il ne faut que 2h20 pour y arriver en voiture! Disons que le pays n’est pas large. Je vais diviser notre petit périple dans le Pembrokeshire nord en 3 articles: le 1er aujourd’hui sur St Davids, le 2nd mercredi sur « un truc qu’on ne fait pas tous les jours » et le 3ème vendredi en vous amenant dans de jolis endroits.

Nous y sommes aller en voiture, en partant à 9h00 cela nous faisait arriver vers 11h30, timing parfait pour flâner un peu en ville et filer vers la belle aventure. Les routes sont relativement bonnes, il y a l’autoroute un petit moment et après vient le réel bonheur, les routes plus galloises, avec la campagne autour et la côte. Honnêtement, les autoroutes c’est sympa parce que ça va vite mais les routes où l’on voit des moutons, des vaches, la plage et la mer c’est quand même mieux non? Au moins on ne s’ennuie pas! Nous avons longé la côté de St Brides Bay, il faisait super beau c’était magnifique et nous sommes arrivés sous un joli soleil à St Davids à l’heure prévue.

Pourquoi avons-nous choisi ce village? Tout le monde connait la St Patrick, les irlandais (et les autres!) célèbrent le saint patron de l’Irlande, eh bien il y a un patron saint pour chaque pays et au Pays de Galles, le patron saint est Saint David. Il y a donc une grande cathédrale à visiter, un village charmant à voir et ce que j’ai beaucoup aimé, c’est la légende de Saint David. Je vais vous la raconter grosso-modo, d’après ce que j’ai lu sur historic-uk et dans mon livre Welsh Legends and Myths de G. Watkins.

Remontons jusqu’au 6ème siècle. Une belle enfant, Nonnita, née Princesse Royale dans une petite ville appelée Menevie adopte la nouvelle religion, le Christianisme. Elle se dévoue à une vie de célibat et de dévotion pour son Dieu unique et ne montre absolument aucun intérêt pour les hommes. Au fur et à mesure qu’elle grandit, sa réputation prend de l’ampleur et les gens viennent de très loin pour la consulter, écouter ses mots et sa sagesse. Sant, Roi de Ceredigion est l’une de ces personnes et lorsqu’il la voit, son contentement et son rayonnement lui font éprouver un désir fou. Malgré sa résistance, le roi la prend et la viole. Nonnita tombe enceinte. Beaucoup de légendes de Saint David commence par seulement dire que ses deux parents étaient de sang royal mais je trouve cela assez important ce petit épisode, c’est pourquoi même s’il peut paraitre inutile, je le précise.

Nonnita est donc enceinte et lorsqu’elle perd les eaux, elle se réfugie près de la mer. Elle se lave et se pose dans la boue en attendant l’arrivée de l’enfant, il était tard et une tempête se préparait, mauvais nuages et pluie s’étaient donné rendez-vous. Elle tremblait de froid et la pauvre souffrait beaucoup. Au fur et à mesure que l’enfant arrivait, les nuages disparaissaient et un rayon de soleil illumina la mère et l’enfant. Nonnita appelle son fils Dewi Sant. Dewi est le gallois de David. Il grandit dans la religion chrétienne et alors que sa mère part établir des sites religieux, il reste à Menevia et deux prêtres dévoués (Saint Columba et Saint Finnegan) l’éduquent, ils lui apprennent la théologie, les langues et l’histoire et engagent un précepteur aveugle (Paulinius) pour continuer. Devinez quoi? Le premier miracle de Saint David est pour Paulinius. Il lui asperge les yeux d’eau et lorsque celui-ci les réouvre, il retrouve sa vue. La première chose qu’il voit est un bouquet de jonquilles. D’où le symbole du Pays de Galles!

Bref, David grandit, il développe son côté religieux, il est appelé « David le buveur d’eau » car il a pour règle de ne boire que de l’eau sauf s’il est plus sûr de boire du vin ou de la bière. C’est un végétarien stricte et il a pour habitude de se plonger dans l’eau glacée comme acte de piété. Il voyage en Grande-Bretagne et devient très, très, très connu! Les gens se plaignent même de ne plus le voir tant les églises sont remplies alors il prend un mouchoir, le pose au sol, se pose dessus et là, une petit colline se forme afin que tous puissent le voir. Classe, non? Alors qu’il continue à prêcher, une colombe se pose sur son épaule. Mega classe, non? Il apprend aux gens à « Faire les petites choses », entreprend un pèlerinage à Jérusalem et est nommé évêque. Il prédit sa mort et est tué à environ 100 ans par un raid Viking le 1er mars 589. AH! D’où la fête nationale le 1er mars! Le puzzle se forme…

En 1120 il est canonisé par le pape Calistus II et celui-ci déclare même que deux pèlerinages à la tombe de St David = un à Rome, trois pèlerinages à la tombe de St David = un à Jérusalem.

Vous savez tout, grosso-modo, de la légende du monsieur. Voyons sa jolie cathédrale maintenant.

Les photos: l’entrée de la cathédrale, la Bible en gallois, un des magnifiques plafonds, la Chapelle de la Vierge.

Sachez qu’il faut payer £2 pour prendre des photos dans la cathédrale. Au début, j’ai vu des gens prendre des photos sans badge montrant qu’ils avaient payé alors avec le Barbu on s’est dit « on fait les foufous », puis bon, on s’est dit « hum, cathédrale, Dieu, karma, respect toussa toussa… » on a payé et je me suis trimballé avec un joli autocollant sur le bras. La cathédrale est vraiment très jolie, est très grande (comme vous pouvez le voir sur la première photo de l’article)! Elle est très rustique, les décors sont superbes et il y a une salle des trésors que j’ai trouvé intéressante, le Barbu n’a pas aimé car il ne comprend pas que l’église possède des trésors mais il a bien aimé la cathédrale quand même = même si vous avez des goûts différents, vous aurez un avis sur cet endroit et tout le monde y trouve des belles choses! Il y avait 3 statues notamment assez « rigolotes »: elles étaient les 3 côte à côte et il s’agissait de Saint Patrick (patron de l’Irlande), Saint David (patron du Pays de Galles) et Saint Andrew (patron de l’Ecosse). Pourquoi c’est rigolo? Parce qu’il n’y avait pas Saint George (patron de l’Angleterre) et que ça, c’est drôle. Et qu’il m’en faut peu, aussi.

Après tout ça, nous sommes allés faire un petit tour dans le village, il ne nous restait pas beaucoup de temps donc le tour n’a pas été grand mais je peux vous dire un truc: je suis a-mou-reuse de leurs cottages. Leurs petites maisons sont si mignonnes!

Les photos: un petite partie du cimetière qui borde la cathédrale, le pub du centre, un des cottages, de jolies fleurs (je ne sais pas ce que c’est, je suis nulle archi nulle en nature mais je me soigne).

Le Barbu a mangé un Welsh rarebit dans ce pub, et il a trouvé ça plutôt bon, les gens du pub était cools mais encore une fois, on ne s’est pas attardé. Si vous ne savez pas ce qu’est un Welsh rarebit, c’est un plat traditionnel que l’on pourrait renommé « gras mais sympa », cliquez ici pour voir à quoi ça ressemble. Nous étions arrivés à St Davids sous un beau ciel bleu, 26 degrés très agréable et là, paf, nuage gris, petite pluie et petit tonnerre. Bon. Cool. J’avais un peu peur pour la suite de notre programme mais c’est vite passé. On peut peut-être dire merci à Dewi. Ou pas? C’est à St Davids que nous avons décidé que si nous changeons de carrières professionnelles, nous ouvrirons une ferme avec des vaches pour le lait, des poules pour les oeufs et des moutons pour la laine. Et ça, ça c’est beau! En plus ici ils ont des oiseaux sympas, des jackdaws (je ne retiens jamais le mot français mais wordreference dit « choucas des tours »), ils ressemblent à des corbeaux mais ont l’air plus sympas et leur cris est rigolo.

Nous sommes repassés par la cathédrale pour retourner à la voiture et filer vers notre belle aventure. Le drapeau de Saint Davids trônait fièrement, l’eau du ruisseau faisait un doux bruit et coulait paisiblement, les oiseaux se racontaient leurs vies, les personnes âgées étaient assises sur des bancs et des écoliers sortaient de la messe. Saint Davids c’était chouette! Authentique, naturel et chouette.

J’espère que la balade vous a plu, mercredi je vous amène vers un de nos meilleurs souvenirs! Des bisous

(Les photos sont à moi, merci de ne pas les utiliser sans mon accord.)

 

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Swansea, la mer en ville

Romeo and Juliet – Dire Strait

Hello, hello

En ce joli lundi je voulais vous amener en balade; j’ai hésité entre un petit village gallois et un bord de mer gallois en ville. Je me suis laissé guider par les températures extérieures et j’ai décidé que pour aujourd’hui ce serait la mer en ville = Swansea! Swansea est une ville très connue du Pays de Galles, elle est d’ailleurs la seconde plus grande du pays et porte un joli petit nom en gallois « Abertawe ». Nous nous sommes laissé tenter par Swansea un dimanche où il faisait très beau, avons réservé les billets de train au réveil, nous nous sommes préparés et en moins d’une heure, pour un peu moins de £10 aller-retour nous y étions. Arrivés à la gare de Swansea nous avons pris un plan et regardé ce que l’on pouvait faire, les distances avaient l’air énormes mais en réalité ce n’est vraiment pas grand, nous avons tout fait à pieds et facilement.

Je vous amène avec nous.

En bonne ville galloise, Swansea possède son château. Bon, il est en ruine, certes, mais il est là! A l’origine (en 1107) le château était en bois, magnifique idée du Norman Henry de Beaumont alors Lord de Gower. Au fil des années/marriages/alliances, les Normans ont un peu pris la confiance et ont décidé de construire un château plus solide, en pierre, vers 1290. On ne peut rien voir du château originel (c’est un parking maintenant) et il ne reste que ça du pauvre petit château des Lords de Gower. C’est triste mais la ville fait un effort pour le préserver désormais.

Swansea a de très jolies façades anciennes, certaines ressemblent aux normandes et d’autres ont un style chic, très arcachonnais (si par hasard vous connaissez Arcachon, en Gironde) et elles se mélangent avec les sculptures et bâtiments plus modernes. Le Grand Theatre m’a immédiatement fait penser à Arcachon, il a été ouvert en 1897 et jusqu’en 1930 il a accueilli les plus grands noms puis a été incroyablement négligé jusque dans les années 70. Il se refait une beauté petit à petit, la ville l’a racheté et y a investi enfin l’argent qu’il mérite. Il y a pas mal de bâtiments et endroits délaissés ici, ça me rend dingue, les vieilles villes/bâtiments ont tellement de caractère, d’histoire et d’intérêt que les voir fermés ou négligé m’agace mais ce n’est pas le sujet ^^.

Nous avons fait un petit tour en ville, mais notre but ultime était de finir là où l’horizon se confond.

La plage. Eh oui, quel est le besoin inconditionnel de deux sud-ouestistes (ça n’existe pas, si?) lorsqu’il fait beau? Aller à la plage, respirer la plage, écouter la plage, voir la plage.

Nous sommes habitués aux plages « sauvages » et nous étions ravis lorsque nous avions été à Harlech dans le nord car nous avions retrouvé ce côté dune, sable fin et très nature. Swansea est différente, vous êtes sur la plage mais extrêmement près de la ville, vous pouvez d’ailleurs même voir le bâtiment de la mairie très… brique moderniste des années 60, des bâtiments plus modernes comme l’hôtel Marriott et ses 20 et quelques étages et la route est (je trouve) très proche, assez pour entendre les klaxons. C’est autre chose! Néanmoins, nous avons adoré nous y balader et toucher l’eau qui était encore très froide; ça reste la plage et ça fait du bien!

Après la plage nous nous sommes dirigés vers La Marina et là, bon, ces couleurs! Vous avez vu ces couleurs? Olala, ce beau bleu, les bateaux et en fond les montagnes! Superbe. Les docks de La Marina ont l’air en plein chamboulement, le quartier a l’air de prendre un nouveau souffle et ne ressemble pas du tout à un vieux port malfamé notamment grâce à Pump House, le pub remis au goût du jour et vraiment top, la vue en plus y est superbe. On pourrait facilement y passer une partie de l’aprem à flâner!

Les musées et galeries d’art se trouve d’ailleurs de ce côté, avec le théâtre Dylan Thomas. Eh oui, Swansea est la ville de Dylan Thomas, il y a d’ailleurs une très jolie statue de l’écrivain et poète. Et puis il y a ces jolies maisons colorées, comme ça, au milieu de bâtiments pourtant banals. C’est un truc ici, les maisons colorées; il y en a partout et c’est un vrai plaisir pour les yeux, je trouve que ça égaye de suite un paysage un peu boudeur ou qui se couche et ça illumine encore plus ceux qui sont déjà très beaux.

Après ce petit tour les magasins étaient fermés, il n’y avait pas grand chose à faire mais nous ne voulions pas déjà prendre le train et rentrer alors nous sommes retourner à la plage pour admirer le coucher du soleil. Ces photos ont été prise en avril et le soleil se couchait encore tôt, nous en avons profité. La mer se retirait, les mouettes se posaient et nous, nous regardions tout ça. C’est beau quand même, ça ne donne pas envie de partir, hein? J’espère que vous avez apprécié la balade vous aussi. Swansea était différente, mais était belle et bleue.

Des bisous

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

En balade à Barry Island

Just Breathe – Pearl Jam

Hello, hello,

Je suis contente de vous retrouver aujourd’hui pour une petite balade! Le mois de mai est déjà quasiment terminé, mon travail ici aussi et je ne vous ai pourtant toujours pas amené dans la ville où je travaille. Je crois que Barry est tellement dans mon habitude que j’en profite mais comme quelque chose d’acquis; par exemple, lorsque nous nous baladons sur des plages, je ramène des petits bocaux de sable, eh bien je suis allée plein de fois à Barry Island mais je n’ai toujours pas ramené mon petit bocal de là-bas. Je sais très bien qu’on ne va pas passez notre vie à côté de Barry Island mais je la considère comme mienne. J’ai décidé d’y remédier un peu en la partageant avec vous, allons-y.

Ce jour-là il ne faisait pas très beau, mais Barry Island je l’aime quand il pleut, quand il fait moche et quand il fait beau. Le ciel a beau être blanc, gris ou bleu, la vue et les jolies cabanes ressortent toujours quand même.

Barry Island est une petite partie de Barry. A seulement 30mn de Cardiff vous pouvez profiter de la plage, une étendue de plage vraiment top et avec ce petit air britannique charmant. La plage ne ressemble ni à ma Dune ni à nos plages basque mais je lui trouve un petit côté mystérieux et particulièrement avec ce temps-là. Au coucher du soleil, elle est magnifique!

Et justement, quand je vous parlais de ce petit côté britannique voici la grande roue. La grande roue qui trône fièrement avec son drapeau gallois au centre et qui fait partie du « pleasure park ». Il y a aussi les panneaux en anglais et en gallois (oui, il indique les toilettes, c’pas très chic mais c’est utile) que je trouve très beaux. A n’importe quelle heure nous y avons trouvé des gens qui promenaient et jouaient avec leurs chiens, des enfants qui couraient, qui escaladaient le mur d’escalade près des cabanes… La vie quoi.

La lumière y change en si peu de temps, c’est magique. Et puis à Barry Island il y a aussi le fish & chips. Of course! Nous allons tout le temps au même, chez O’Sheas et on se fait péter le bide mais c’est tellement bon! Alors, oui, c’est gras, c’est sûr et même le format small j’ai du mal à le finir mais bon, vous êtes au Pays de Galles, face à la mer, avec un fish and chips et là vous vous dites « punaise, il faut peu de choses pour être heureux quand même »! O’Sheas est le premier fish and chips que nous avons mangé ici, le premier endroit où nous avons mangé ici d’ailleurs puisque nous y sommes allés dès le premier jour.

Je vais vous dire quelle est la chose à faire: se garer en haut de Barry Island, et marcher le long de la plage pour manger chez O’Sheas. Pour digérer, faire une petite balade sur cette belle falaise qui domine la plage avec ce qui semble être une ancienne maison en ruine, aller tout au bout, il y a un banc. Admirer. Respirer. Fermer les yeux et écouter la mer, les mouettes, les enfants et les gens heureux. Puis repartir et s’amuser avec les écureuils sur le chemin. Ils sont adorables, ils viennent sans crainte en espérant une gourmandise, ils regardent les gens passer.

Alors, ça vous dit Barry Island? Je pense vraiment que c’est un endroit à aller voir si vous êtes de passage à Cardiff, au moins pour O’Sheas et les écureuils! Je vais tanner le Barbu pour y retourner; prendre le bocal de sable pour excuse et le fish and chips pour le corrompre.

A très vite, des bisous.

 

CRUSH #10

Hen Wlad fy Nhadau – Welsh Choir of the Black Mountain

Hello, hello

J’ai retrouvé un ordinateur, un tout beau, tout neuf et tout fin. Un qui marche. Alors me voilà aujourd’hui avec un article coup de coeur avant de reprendre le blog avec de jolies recettes.

Vous le savez (ou pas) nous habitons à Cardiff depuis 8 mois maintenant et ce pays est un réel coup de coeur pour nous, qu’importe où nous serons dans 1 mois, 10 mois, 1 an ou 10 ans ce sera « Wales Forever ». L’autre jour je suis tombée sur une publicité de Visit Wales où l’on peut voir Luke Evans (récemment Gaston dans La Belle et la Bête) nous dire deux-trois mots sur son beau pays et comment vous dire… Les images sont tellement magnifiques, la façon de parler comme un conteur, les effets; je ne sais pas, c’est un tout mais j’ai envie de prendre mon sac à dos et de partir, là, maintenant. Je suis dingue de ces 40 secondes de publicité, je les ai vu je ne sais combien de fois et entendre les noms gallois me fait sourire à chaque fois. Je sais que j’ai l’air tout à fait folle mais j’ai partagé la dernière fois une jolie vidéo de ma Dune qui me manque tant, j’ai eu envie de partager avec vous une petite vidéo vous invitant à venir ici. La voici:

Maintenant que vous avez vu ces 40 petites secondes je n’ai qu’une question: qui n’a pas envie d’aller explorer ce beau pays? Honnêtement? Le mois prochain nous partons quelques jours explorer l’ouest et j’ai hâte!

Si vous voulez en voir plus sur le Pays de Galles, j’ai écrit plusieurs articles-visites:

Ah et je vous conseille d’écouter la chanson en haut de l’article, c’est l’hymne gallois et il est poignant.

Je vous retrouve très vite pour de nouvelles recettes et vous remercie d’être restés dans les parages. Des bisous