631 jours et puis s’en va, du Pays de Galles à la France

Naked (acoustic version) – James Arthur

Hello, hello

J’espère que vous allez bien. Si longtemps sans poster ici, 4 mois presque, et je me sens rouillée. Je pense qu’à partir du moment où nous étions sûrs de rentrer en France, je n’ai plus pris le temps d’écrire ici, pour vivre à fond les derniers moments puis nous sommes rentrés et je voulais absolument écrire cet article avant d’en écrire un autre mais je n’en étais pas capable, un petit blocage. J’ai des recettes qui attendent, des balades qui attendent, doucement au chaud dans mon album de blog et quand je les regarde j’ai réellement envie de les partager mais je bloquais sur cet article depuis le dernier post. Voici l’histoire.

Notre premier ciel gallois

Si vous me suivez depuis un petit moment, sur le blog ou Instagram, vous savez que nous sommes partis vivre presque 2 ans, plus exactement 631 jours au Pays de Galles avec le Barbu et le petit chat. le 26 septembre 2016, nous avons pris chacun une valise, et nous avons pris un billet d’avion sans retour, direction Londres. Nous avons profité de la jolie capitale anglaise 2 jours puis nous avons loué une voiture et sommes partis pour Cardiff le 27 septembre, nous avons pris le Severn Bridge et sommes arrivés à Cardiff de nuit. Je ne vais pas revenir sur le pourquoi du comment et les raisons pour lesquelles nous sommes partis, je les ai déjà expliqué dans mon article « le Pays de Galles, un an après« . Dans cet article je vous donnais rendez-vous dans un an, pour un bilan de seconde année. Pour vous dire la vérité, je ne savais pas à cette date là si nous y serions encore ou si nous serions rentrés.

Plusieurs choses sont entrées en jeux, j’avais une place à la fac là-bas pour être professeure de français mais j’avais une place en France pour être professeure des écoles, ce que j’ai toujours voulu faire. Le Barbu avait un travail un peu moins stable mais aucun travail de l’attendait en France. Nous avons évidemment pris la décision à deux, petit chat étant à l’aise partout. Nous sommes rentrés. Je ne vais pas vous parler de politique, ce n’est pas le lieu mais bien évidemment le Brexit est entré dans la balance, bien que nous soyons très à l’abris au Pays de Galles, l’incertitude d’avoir un diplôme reconnu si je rentrais un France m’a refroidi, l’incertitude d’être stable dans un ensemble de pays qui a majoritairement voté contre notre avenir, nos familles nous manquaient, notre mer nous manquait, et puis d’autres petites choses.

Je ne regrette absolument pas ces jours passés là-bas et j’y repense encore aujourd’hui avec mélancolie, ce petit pays fait désormais partie de moi; ses paysages, sa langue, son rythme, son atmosphère, ses gens, ses bruits, ses odeurs… Tout ça est bien ancré et ne partira jamais. J’ai tellement grandi et fait de choses là-bas, j’ai réalisé des rêves, des tas de rêves. Je vous laissais d’ailleurs l’année dernière avec une petite wishlist, que je n’ai pas manqué de cocher au fur et à mesure. J’ai aussi coché des points que je n’avais pas eu le temps de réaliser l’année d’avant. Petit récap’:

  • Courir à Londres ✓
  • Visiter Tintern Abbey ✓
  • Faire une belle randonnée ✓
  • Apprendre le gallois (j’ai essayé, j’essaie encore ahah)
  • Monter Pen-Y-Fan ✓
  • Aller à Tenby ✓
  • Courir un semi-marathon (j’ai eu peur… c’était fantastique et qu’est-ce que je suis fière de cette médaille!) ✓
  • Courir 10km dans une course officielle ✓
  • Aller à Aberystwyth
  • Voir les cascades de Brecon Beacons
  • Faire de la barque à Roath Park
  • Louer un cottage pour quelques jours

Il me reste toujours des choses à faire hein, la liste est non-exhaustive et j’ai bien sûr rajouté des choses en un an mais j’ai fait une grosse partie de ma « to do list » et nous sommes partis du Pays de Galles certains d’y retourner.

Je ne vais pas vous citer touuut ce que nous avons fait, parce que nous avons fait énormément de choses mais il y a des choses que j’ai fait cette dernière année, que soit 1) je ne pensais jamais faire 2) je rêvais de faire mais pensais irréalisables. Réaliser ses rêves, c’est quand même pas donné à tout le monde, et ça me remplie de joie, encore aujourd’hui, rien que d’y penser.

  • Les rencontres. J’ai rencontré tellement de gens extraordinaires, certains sont devenus des amis et je ne pensais pas m’attacher autant. Je vous fais des bisous, et le Barbu aussi.
  • Des courses, pas mal de courses et de jolies médailles: un semi-marathon, une course pour le Movember, les 10km de Londres…
  • Gagner au Bingo Lingo, £20 et j’ai dû monter sur scène pour les récupérer, moi la timide.
  • Vendre mes biscuits, tartes et gâteaux sur un marché mais encore plus dingue que ça: des gens ont acheté ce que je cuisinais, m’ont dit que c’était bon et en ont racheté!
  • Voir mon film de Noël préféré au cinéma: Home Alone (Maman j’ai raté l’avion)
  • Aller à Londres tellement de fois que je suis obligée de me concentrer pour compter; moi qui rêver d’y habiter quand j’avais 15 ans…
  • Voir des comédies musicales magnifiques: Mary Poppins, Pride and Prejudice, The Lion King, Wicked
  • Aller à des concerts super: Nashville, Passenger & Stu Larsen, Anne – Marie & Ed Sheeran…
  • Aller à desPub quizz bien trop cool, presque gagner
  • Participer à la marche pour fêter les Suffragettes et le vote des femmes
  • Voir du cricket, du rugby, du hockey
  • Visiter une ancienne mine
  • Voir Bill Nighy en vrai de vrai, prés de moi
  • Assister à The Tempest de Shakespeare par The Lord Chamberlain’s Men où les hommes jouaient tous les rôles, comme au temps de Shakespeare
  • Voir pleeeeeein de neige, et ça, c’est joie puissance 3000
  • … Et ce n’est qu’un petit bout!

Nous avons traversé le pays, de haut en bas, de long en large, sous le soleil et la pluie. Car oui, il pleut au Pays de Galles mais pas que! Avant que nous partions nous avons eu 2 mois sans gouttes de pluie… Grosse sécheresse! Malheureusement la météo s’est vengée ces derniers jours.

Nous en avons aussi profité pour voyager en Angleterre; Londres très souvent mais aussi Bristol, Brighton, Weston-Super-Mare… Et notre petit roux s’est très bien accommodé à la vie galloise, aux mouettes et aux vétérinaires qui lui parlaient anglais, à la moquette qui lui tenait chaud pendant l’hiver tout froid et notre bow window sur laquelle il se mettait pour espionner les passants.

Et l’avantage de partir un peu, de s’expatrier c’est de prendre du recul sur son pays. J’aime la France, et on l’aime encore plus quand on est loin, croyez-moi des choses insignifiantes nous manquent, mais il y en a d’autres que le Pays de Galles a et que nous n’avons pas et qui me manquent terriblement, celles sur lesquelles nous devrions prendre exemple:

  • La politesse. Les gens te demandent toujours si ça va, dans les magasins, à la caisse, quand tu montes dans un bus. Ils s’excusent s’ils te bousculent, si tu les bouscules. Oui, c’est parfois peut-être un peu trop, mais la bienveillance, c’est bien aussi.
  • La queue. Non, ce n’est pas un cliché, ces gens savent faire la queue. Ils ne se poussent pas pour rentrer dans un bus, ils laissent la place aux personnes qui en ont le plus besoin. Et aux toilettes des femmes, la queue avance plus vite, mais je n’ai pas compris pourquoi.
  • La tolérance. Excusez-moi pour ce qui va suivre mais putain qu’est-ce que ça fait du bien d’être dans un endroit où tu peux te fringuer comme tu veux et où tu n’as pas l’impression d’être une extra-terrestre! Lorsque je voyais des filles relativement peu vêtues dans la rue, je regardais les hommes qui les croisaient: pas de remarque, pas de sifflements! DIN-GUE! Alors oui, il y a des agressions hein, je ne le nie pas, mais punaise j’ai croisé une mamie de 70 ans avec des cheveux roses!!! Et alors niveau religion, je ne vous dis pas, c’est rien à battre total dans l’ensemble.
  • La générosité. Les gens sont généreux, n’hésitent pas à te demander si tu as besoin d’aide. Il y a des petites boites de don pour des associations à quasiment toutes les caisses de magasin (plus de petites pièces embêtantes dans le porte monnaie + bonne action = what else?), j’ai vu des gens offrir des cafés aux sdf, un type s’est arrêté pour parler à un sdf, est entré dans burger king et est ressorti avec un sac qu’il a donné à ce sdf, il y a des gamelles d’eau pour les animaux dans beaucoup d’endroits. Ce sont des petites actions souvent mais qui m’ont marqué car je n’ai pas l’habitude de les voir et en 631 jours ils n’ont cessé de m’épater.
  • Les oeufs au supermarché: bio et plein air uniquement. Et c’est tout!
  • La cuisson de la viande: beaucoup plus de choix, beaucoup plus simple pour moi et je me retrouve maintenant avec une mauvaise habitude car la viande est soit trop cuite soit pas assez ici… Et n’a plus ce goût faisandé.
  • Les lattés. J’ai demandé un latté dans un café l’autre jour, la dame s’est ramené avec un expresso au lait. Pouce levé. J’avais oublié… Les cafés sont plus forts en France!
  • La propreté des parcs. Les gens ramassent le caca de leurs animaux, tout simplement. Bon, en même temps l’amende est assez chère suivant la rue où vous vous trouvez, mais je trouve ça cool.
  • Le calme. Olala j’ai eu la bonne idée d’aller dans un centre commercial deux jours après être revenue en France, l’horreur; des klaxons partout, des gens pressés, visages fermés…
  • La liberté. La liberté d’être qui vous êtes, sans chichi. J’ai aimé voir les « gypsies » et leurs chevaux, leurs calèches. Je sais que le mot « gypsies » a une mauvaise connotation mais n’y voyez absolument rien d’insultant, j’aime ce mot parce que je trouve qu’il invite au voyage, comme eux, il est poétique.
  • La verdure. Il y a énormément de parcs et j’avais l’impression de mieux y respirer.

Et je sens que certaines personnes vont se dire « eh ben vas-y, retournes-y si t’es pas contente de la France » mais je vous assure que je sais que la France est belle et que nous avons la chance d’y être. Il faut juste admettre que notre joli pays a aussi des défauts ;)

Quel article long… j’espère ne pas trop vous avoir saouler et si vous êtes arrivés jusque là, bravo et merci :D! Vous pouvez retrouver tous mes articles sur le Pays de Galles ici:

Et d’autres arrivent: mes jolies adresses au Pays de Galles, Mumbles, Rhossili, Carew Castle, Tenby, la forêt enchantée de Castle Coch, Pen Y Fan, Cardiff enneigé…

Si je vous dis que ces photos ont été prises au Pays de Galles, me pensez-vous folle? Vous pourriez dire que je suis folle, mais folle de ce pays. Plus jamais jamais je ne laisserai quelqu’un dire « oh ça va, Angleterre, Pays de Galles c’est pareil! », plus jamais jamais je dirai qu’il y pleut tout le temps et que le ciel est bas et gris. Oui, il y a beaucoup de moutons, de châteaux, de pluie, c’est tout vert mais pas que; il y a les montagnes, la mer, des falaises, des musées, des légendes, un coeur énorme. Depuis que je suis rentrée, on m’a dit que j’avais changé et je le sais, je le sens, mais pour citer Wicked « Who can say if I’ve been changed for the better? Because I knew you, I have been changed for good » (« Qui peut dire si j’ai changé en mieux? Parce que je t’ai connu, j’ai changé pour de bon »). Je suis née sur le Bassin d’Arcachon, j’ai été élevée au Pays Basque, j’ai grandi à Bordeaux mais je suis devenue adulte au Pays de Galles. J’ai tant appris. Comme je le disais dans l’article « un an après », maintenant mon cher Pays de Galles tu fais parti de moi, tu feras toujours parti de moi et je t’aime fort, très fort. J’avais envie de te le dire, encore une fois. WALES FOREVER.

A très vite, pour toujours plus de balades et de recettes.

Bisous.

 

Le Pays de Galles, un an après

Calon Lan – Fron Male Voici Choral & Cerys Matthews

Aujourd’hui est un jour un peu spécial et à jour spécial, article spécial. Début juillet 2016 j’apprenais que j’obtenais un poste d’assistante avec le CIEP, j’étais déjà très contente puis j’ai appris que l’école où je serai assistante se trouvait dans la région de mon premier choix, le Pays de Galles. Après une discussion avec ma famille, le Barbu et mon chat (ne me jugez pas), nous nous sommes tous dit que c’était une chance et une expérience extra-ordinaire et j’ai accepté le poste. Nous avons passé l’été à profiter du beau temps (cliché oblige), de notre famille et de nos amis qui ont gentiment accepté de faire une raclette dans le jardin sous 35 degrés!

Nous sommes partis de Bordeaux direction Londres le 26 septembre 2016 et le 27 septembre nous passions le Severn Bridge pour la première fois, le fameux pont qui relie depuis 1966 l’Angleterre au Pays de Galles. Nous avons évidemment eu des galères, sinon ce n’est pas drôle: nous avions loué une voiture à St Pancras et nous avons mis une heure (à pieds et avec des lourdes valises) à trouver l’agence de location, nous n’avons plus eu de batteries sur nos téléphones après le Severn Bridge, à 40mn de notre lieu d’arrivée et donc pas de gps pour trouver l’agence de location pour poser la voiture, et il faisait nuit. Nous nous sommes évidemment perdus dans Cardiff et des filles qui se baladaient sur la baie l’ont bien vu, elles nous ont carrément proposé de les suivre en voiture jusqu’à l’agence de location. Qui était évidemment fermée. Elles nous ont donc indiqué comment rejoindre notre hôtel pour la nuit. Trouver son chemin dans une nouvelle ville de nuit n’est pas facile mais nous au moins nous partions avec un bon à priori sur les gallois qui nous ont bien aidé!

Dans cet article j’ai envie de vous parler de cet endroit que nous avons découvert et de ces habitants, des idées reçues que l’on combat désormais et celles que l’on approuve à au moins 80%, et de la vie ici.

Le Pays de Galles

Durant mes études, j’ai entre autres fait un bac littéraire option anglais renforcé et une licence d’anglais alors je connais deux-trois trucs sur l’anglais et la culture anglophone mais malheureusement, je ne me souviens pas une seule fois avoir entendu parler du Pays de Galles et c’est ce qui a fait que lors de mes voeux d’assistanat j’ai demandé cette « région » en premier. Je voulais savoir des choses sur ce que beaucoup de gens qualifient comme région mais qui est réalité un pays à part entière. Cela fait d’ailleurs 20 ans cette année que le pays a sa propre Assemblée. C’est un pays avec ses propres villes et campagnes, montagnes et plages, sa propre langue et ses propres traditions. Et ne dites jamais à un gallois qu’il est anglais, j’ai fait le test avec certains de mes élèves et ils n’aiment absolument pas ça!

Parlons des gallois justement. Je pourrais presque dire que ce sont les gens les plus gentils que je connaisse mais il ne faut pas généraliser. Ils vous voient perdus? Ils viennent vers vous, vous guident. Ils sourient dans la rue, disent bonjour dans les parcs (ça nous a un peu effrayé au départ d’ailleurs, on ne comprenais pas trop). Ils sont sociables, évidemment le sujet premier risque d’être la météo (ça s’apprend!) mais ils vous parlent, dans les bus, dans la queue, au pub… Ils s’excusent tout le temps, même si vous les poussez mais je crois que c’est assez répondu au Royaume-Uni, comme faire la queue. Faire la queue est très important, vous serez mal vu si vous doublez, ils en ont même fait un verbe! Ils demandent systématiquement si vous allez bien et les taxis sont de vraies pipelettes, votre vie ne les intéresse probablement pas, mais ils papotent. Les gallois sont assez ouverts, du moins c’est ce que nous pensons, nous sommes toujours tombés sur des gallois accueillants et intéressés, intéressants. Ils aiment tous Tom Jones (c’est une blague… ou pas).

Tiens, ça m’amène aux clichés et petites choses à savoir:

  • Oui il y a beaucoup de moutons
  • Oui il y a beaucoup de chateaux
  • Oui, c’est tout vert
  • Oui, ils ont un accent. Non en fait, des accents! L’accent de Cardiff n’est pas le même que celui de la ville d’à côté, ni des Valleys, ni de l’Ouest et encore moins du Nord etc… Ca s’apprend, ça se prend (eh oui, j’ai pris un peu leur accent!) mais jamais tout à fait.
  • Toute façon, au Nord, ils disent 50% du mot. En fait tous les gallois disent 50% des mots.
  • Je ne veux pas rentrer dans la politique mais merci à Cardiff pour ce petit panneau européen ;)
  • La nourriture est bonne, oui! Les welsh cakes, les cawl, le petit-déjeuner et les poireaux. Oui, les poireaux sont particulièrement bons ici.
  • Ils sont tous alcooliques. Vous savez ce cliché sur les irlandais? Ben c’est la même chose ici. J’exagère à peine. Ils boivent beaucoup!
  • Il n’y a pas de cafés avec terrasses, pourquoi faire en même temps vu la météo? Mais il y a beaucoup de pubs et qu’est-ce qu’ils sont charmants… Rien de plus cosy qu’un pub!
  • Le gallois n’est pas tant parlé que ça et peu peuvent prononcer le nom de la plus longue ville du pays Llanfairpwllgwyngyllgogerychwy rndrobwllllantysiliogogogoch mais quand ils peuvent, ils se la pètent grave!
  • Mais les panneaux sont en anglais et en gallois, parfois en gallois et en anglais.
  • Ils disent « cheers drive » quand ils sortent du bus.
  • Ils vous appelleront sans doute « love ».
  • Ils ont un festival de culture galloise, l’Eisteddfod et je suis super fière parce que j’arrive à le prononcer depuis peu! Ce festival tourne autour de tous les arts gallois et en plus ils y élisent et décorent leur poète national, je vous mettrais bien sa photo mais il me fait peur (bisous!)
  • Une fameuse phrase ici « tout le monde peut câliner, seuls les gallois peuvent cwtch ». Un cwtch c’est un câlin, mais en mieux. Parce qu’il est gallois.
  • Les gallois sont fières, et ils ont de quoi! Ils ont quand même un dragon sur leur drapeau… D’ailleurs les gamins doivent vachement batailler à dessiner leur drapeau. Leur hymne est magnifique.
  • Il ne pleut pas tout le temps… Des fois il pleuvine. Je blague, des fois il fait beau, on a eu 28° cet été! Quelques jours… Nous avons même attrapé des coups de soleil.
  • Ils aiment beaucoup le sport et quand il y a des matchs ça se voit, beaucoup portent les maillots (femmes et hommes) et préfèrent supporter n’importe qui plutôt que l’Angleterre, même les français! Quoique vu ce qu’il s’est passé récemment, je suis plus trop sûre ahah
  • Merlin, le Roi Arthur, Roald Dhal, Bonnie Tyler, Tom Jones, Duffy, Charlotte Church, Catherine Zeta Jones, Anthony Hopkins, Gareth Bale, Christian Bale, Luke Evans… tous sont gallois et il n’y a pas qu’eux! Oui, j’ai mis Merlin et le Roi Arthur avec des gens réels parce qu’après tout, pourquoi pas?
  • Je devrais peut-être arrêter ma liste ici. Mais faut aussi dire qu’ils sont drôles, qu’ils utilisent des mots bien à eux et qu’ils s’appellent tous Jones ou Davies. C’est pas vrai, mais c’est comme en France, on s’appelle pas tous Martin ou Dubois, mais presque.

Il faut aussi dire qu’ils ont des choses bien étranges dans leurs supermarchés mais je vous consacre un petit article à ce sujet, je crois que ça vaut le coup.

Ah oui, autre chose, l’école où je travaille est un collège-lycée de garçons et j’appréhendais beaucoup au début mais olala que c’est cool! J’ai l’impression qu’il y a beaucoup moins d’embrouilles, et ils sont tellement attentionnés avec nous, certains sont extrêmement gentils! Bon, je vous cache pas que ceux de 14 ans ils ont 14 ans et les mêmes attitudes que tous les autres petits garçons de 14 ans hein. Mais quand même! C’est autre chose, et c’est super cool!

Lorsque nous sommes venus, j’avais une petite wishlist:

  • Courir à Londres
  • Courir à Cardiff ✓
  • Participer à une course ✓
  • Aller au cinéma ✓
  • Aller voir un match de cricket ✓
  • Aller au Millenium Stadium voir un match ✓
  • Aller voir une comédie musicale au Wales Millenium Centre ✓
  • Aller à Snowdonia ✓
  • Aller à Brecon Beacons ✓
  • Aller dans le Pembrokeshire ✓
  • Visiter Tintern Abbey
  • Aller à Hay-on-Wye ✓
  • Aller voir un match de hockey ✓
  • Faire une belle randonnée
  • Apprendre le gallois (en cours…)

Comme vous pouvez le voir, nous avons fait la plus part des choses sur ma liste, et j’en suis extrêmement ravie! Vous pouvez retrouvez tous mes articles sur le Pays de Galles répertoriés ici. J’avais fait une wishlist assez condensée parce que nous n’étions partis que pour un an et nous voulions voir le maximum de choses mais puisque nous restons un an de plus…

  • Monter Pen-Y-Fan
  • Aller à Tenby
  • Aller à Tintern Abbey
  • Courir un semi-marathon (c’est dimanche, j’ai peur…)
  • Courir 10km dans une course officielle
  • Aller à Aberystwyth
  • Voir les cascades de Brecon Beacons
  • Apprendre le gallois
  • Courir à Londres
  • Faire une randonnée
  • Faire de la barque à Roath Park
  • Louer un cottage pour quelques jours

Et je vous donne rendez-vous dans un an ;)

Je ne sais pas si vous avez tenu jusqu’ici parce que je reconnais que j’ai beaucoup écrit aujourd’hui mais je n’ai même pas de mots pour dire à quel point ce pays me touche et m’emporte. J’ai l’impression que ce pays et ces habitants m’ont changé, certaines parts de moi sont transformés à jamais et certains de mes avis renversés. Je pourrai parler de cet endroit en le personnifiant totalement, ce pays a une âme et est habité par une beauté incroyable. J’aime habiter dans une capitale à taille humaine, être à 30mn de la mer et 30mn des montagnes. J’aime avoir tellement de chateaux à découvrir que je ne pourrai jamais tous les voir. J’aime ce vert et ce bleu, ces couleurs puissantes et le rouge du dragon, son caractère. J’aime pouvoir aller dans un parc tous les jours à 5mn de chez moi, j’aime qu’il y ait autant d’espaces verts. J’aime cette liberté d’être: avoir les cheveux gris, vert, rose ou bleu à n’importe quel âge, pouvoir s’habiller comme on veut sans être dévisagé en mini jupe ou en gothique, en chino ou en short sous 5 degrés. J’aime cette ouverture d’esprit, ce mélange de religions et de cultures qui sont incroyables ici, ces panneaux avec plusieurs couleurs de peaux représentées. J’aime allumer ma télé et tomber sur S4C, la chaine galloise à laquelle je ne comprends strictement rien sauf quand ils se disent bonjour et donc devoir mettre les sous-titres anglais. J’aime à la folie tous ces accents, ces gens chaleureux même si au premier regard ils peuvent faire peur. J’aime cette pluie finalement. J’aime ces moutons, qu’ils soient communs ou tachetés et tous les autres animaux présents ici même si les cygnes me font peur quand je cours près d’eux. J’aime faire la course avec les écureuils lors de nos sorties running. J’aime les mouettes. J’aime ces jonquilles qui annoncent l’arrivée du printemps. Je me rappelle m’être assise devant un lac à Snowdonia, avoir respiré et avoir eu envie de pleurer devant tant de beauté. Ce petit pays est si beau.

Nous y étions partis pour un an, nous rempilons. Maintenant mon cher Pays de Galles tu fais parti de moi, tu feras toujours parti de moi et je t’aime fort, très fort. J’avais envie de te le dire, de le dire à qui me lira. WALES FOREVER. Happy anniversary to you and us ou, comme tu dirais, penblwydd hapus. Session sentimentale terminée,

Des bisous à vous aussi, merci d’être là.

Toutes les photos viennent de mon Instagram que vous pouvez trouver ici.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Snowdonia, la beauté pure dans le nord du Pays de Galles

Where Do You Run – The Scores

Llanberis

Hello, hello

Après l’article pratique puis la balade de Caernarfon il est temps pour moi de vous montrer un peu de Snowdonia National Park. Ce parc est connu au Pays de Galles car il y abrite le mont Snowdon qui culmine à 1085 mètres mais il y a beaucoup à voir dans cette étendue de 35 miles d’est en ouest et 50 miles du nord au sud. En allant dans les terres plus profondes du pays nous nous attendions à voir des moutons et nous n’avons pas été déçus (3/4 du parc sont privés, utilisés pour élever des moutons et du bétail), nous avons même croisé une pie tranquillement posée sur le dos d’un mouton qui la baladait.

Llanberis
Llanberis
Près de Llyn Peris

Nous n’avions pas beaucoup de temps alors nous nous sommes basé sur le super « tour de Snowdon » proposé dans le Lonely Planet. Nous avons commencé par Llanberis (photos 1, 2, 3) depuis lequel vous pouvez voir le château Dolbadarn, (qui a inspiré une célèbre peinture d’un de mes peintre favoris, Turner !) construit avant 1230 par les Princes de Gwynedd, nous nous sommes arrêtés près de Llyn Peris (photo 4), puis près du mont Snowdon (photo 5). Nous avons continué à rouler, et après la pente à 20% nous sommes arrivés à Pen-Y-Pass où la lumière change vraiment toutes les 1me0 secondes (photos 6, 7, 8, 9 et couverture). Vous trouverez là-bas l’hôtel Pen-y-Gwryd qui a servi de base d’entrainement pour les conquérants du mont Everest en 1953. Nous avons repris la route, quasiment seuls et privilégiés de pouvoir observer tout cela (photo 10), nous nous sommes pas mal arrêtés pour juste prendre l’air, observer et se rappeler que l’on est tout petit face à tout cela, ces grandes montagnes (photo 11, 12), avant de prendre la direction de Dinas Emrys (photos 13, 14).

Près du mont Snowdon

Nous y sommes allés à la Toussaint et je n’avais jamais vu d’endroits couleur Eliott (notre chat), les herbes étaient rousses, le ciel était blanc. C’était juste magique, nous sommes tombés amoureux de Caernarfon puis Snowdonia est arrivé et nous sommes tombés amoureux de Snowdonia aussi. C’est le genre d’endroit où vous avez envie de louer une petite maison, allumer un feu de bois, déguster un bon plat avec ceux qui comptent et lire un bon bouquin avec un thé. Pa-ra-dis. Oh, et aller courir là-bas ? J’en rêve ! S’il vous plaît, ramenez-y moi, maintenant !

Pen-Y-Pass
Pen-Y-Pass
Pen-Y-Pass
Pen-Y-Pass

En gallois Snowdonia veut dire région montagneuse, montagnes et Snowdon veut dire Grande Tombe. Mais pourquoi donc ? Eh bien parce que selon la légende, le Roi Arthur y aurait tué un géant nommé Rita Gawr et il serait enterré sur le sommet… Les légendes et belles histoires sont aussi une des raisons pour lesquelles nous voulions visiter le nord :

– il y a Dinas Emrys, la légendaire maison du Dragon Rouge. D’après la légende, le Roi Vortigern, beau-fils du dernier chef romain Magnus Maximus a voulu construire un château sur cette colline mais il ne cessait de s’effondrer jusqu’au jour où le jeune sorcier Merlin (appelé Myrddin Emrys) libera deux dragons dans une caverne sous la colline. Un des dragons était blanc, il représentait les Saxons (les ancêtres germaniques des anglais) et l’autre était rouge, il représentait les Britanniques. Selon sa prophétie, les dragons se battront jusqu’à ce que le dragon rouge triomphe et les deux dragons se battent depuis…

– il y a Beddgelert, le charmant petit village au nom triste. En gallois Beddgelert veut dire « la tombe de Gelert » et l’histoire est très touchante mais très triste. Au 13ème siècle, Llywelyn le Grand, Prince de Gwynedd part à la chasse sans Gelert « le fidèle chien de chasse » qui était bizarrement absent. Lorsqu’il revient, il trouve le chien qui arrive vers lui fièrement mais plein de sang, le Prince s’inquiète et court dans la chambre de son fils mais trouve le lit vide, les draps tachés de sang… Llywelyn plante son épée dans le flanc de Gelert, pensant qu’il a tué son fils ; le hurlement du chien entraîne les pleures d’un enfant. Le Prince retrouve son enfant sain et sauf à côté du corps d’un loup que Gelert avait tué. Il fut alors pris de remords et, paraît-il, n’a plus jamais souri.

– et il y en a bien d’autres que je vous conterai plus tard…

Nous nous sommes donc baladé autour de Snowdon, dans l’espoir de croiser quelques dragons, quelques moutons et de jolies montagnes. Nous nous attendions à voir du vert, quelques lacs, quelques gens mais la réalité à tout dépassé. Je veux dire, regarder ces photos, cet endroit est juste naturel, il n’y a que la nature qui compte.

Près de Dinas Emrys
Près de Dinas Emrys

J’espère que ça vous a plu de vous balader avec nous dans les montagnes de Snowdonia, écrire l’article m’a donné très envie d’y retourner! Je vous laisse avec le charmant village de Beddgelert et petit teaser pour le prochain article gallois: il sentira l’air marin… Je vous fais des bisous, à très vite.

 

Caernarfon, au nord du Pays de Galles

Crazy in Love – Oh Wonder

_dsc2946

Hello, hello

Je ne pourrais jamais oublier Caernarfon. J’en suis tombée amoureuse. Nous avons choisi Caernarfon comme premier arrêt après avoir vu un article de journal sur l’installation des artiste/designer Paul Cummins et Tom Piper commémorant le 11 novembre. Ici les commémorations sont différentes de la France, pas de jours fériés, et pourtant les gens semblent plus réceptifs à ce qu’ils commémorent. Ils s’arrêtent de bouger et de parler pendant 2mn à 11h00 le 11 novembre, font des minutes de silence et de trompette pour les matchs, installent des coquelicots (=poppies) partout, les portent en pins… Ils font comme ça. Cette année l’installation était à Caernarfon et nous voulions voir tous ces poppies alors, nous y voilà.

_dsc2950

_dsc2975

_dsc2991

Dans ce château, il n’y a pas que les poppies qui sont intéressants à voir ; déjà, il y a des mouettes (+400) et le château en lui-même est très impressionnant, j’ai bien cru qu’on allait s’y perdre ! Il y a tellement d’endroits à voir, par lesquels descendre puis monter puis se faufiler que très vite on arrive dans une nouvelle aile alors qu’on voulait monter.

_dsc2957

_dsc2984

_dsc3001

Monter. Montez donc en haut de ce château et vous n’oublierez plus jamais cette vue. Elle est tellement belle, vous avez la mer d’un côté, le port d’un autre ou bien les montagnes… Mais que demandez de plus ? C’est à couper le souffle. Presque littéralement puisque lorsque vous êtes en haut, tout va bien, et d’un coup le vent peut se lever et il fait tellement froid qu’il est difficile de réfléchir et se dire « mince, je dois respirer ».

_dsc3003

_dsc3013

_dsc3002

_dsc2981

Evidemment, comme dans beaucoup d’endroits, attendez un peu que le soleil se couche et la magie opère, la vue devient encore plus belle que ce qu’elle ne l’est déjà. Le château est beau mais la vue, vraiment je vous jure, c’est à ce moment que l’on tombe amoureux. En écrivant ces phrases je n’ai qu’une envie, y retourner et puis quand je me dis que ce n’est qu’à quelques heures de route… Il me manque juste une voiture, et un permis. Mais j’y retournerai!

Je me suis dit que même si ce n’était pas un article « Prendre de la hauteur » (vous pouvez tous les retrouver ici), une petite vidéo des hauteurs serait sympa alors là voilà :)

Nous avons beaucoup apprécié le château et n’en sommes partis qu’à la fermeture, nous nous sommes baladés dans les rues, puis nous avons été vers la plage pour admirer tout ça, vous pouvez voir la vue que nous avions sur la toute première photo. Nous avons admiré la vue pendant un moment, nous avons respiré et nous nous sommes dit « wow, la chance d’être tombé ici ».

_dsc3042

C’était vraiment un chouette endroit et j’espère qu’à travers les photos, la vidéo, je vous y ai fait voyager un peu. Je pense que vous l’avez compris, nous sommes vraiment tomber amoureux de cet endroit et j’espère qu’il vous plaira. Je vous laisse apprécier le reste de votre journée, de nouveaux articles vous arrivent très vite. Des bisous

(Retrouvez l’article en anglais ici et le premier article sur le nord du Pays de Galles ici)

_dsc3041

En balade: le nord du Pays de Galles

The Hollow in Restrospect – Corey Kilgannon, Liza Anne

_dsc2991

Hello, hello

Je vous l’ai déjà dit (et montré), le Pays de Galles est un endroit riche en couleurs, châteaux, moutons,… Beaucoup d’endroits sont magnifiques. Pour les vacances de la Toussaint nous sommes allés faire un tour du côté du nord du Pays de Galles afin de prendre un peu d’altitude et parce qu’on voulait absolument se faire un petit road trip de 2/3 jours avant d’aller quelques jours en France. Je vous le dis direct, je le répète à tout le monde : j’ai vu un des plus beaux endroits au monde. La nature n’y est pas seulement verte, non, la nature y est colorée, sauvage, froide voir glaciale mais pourtant réconfortante. Je suis tombée amoureuse du nord, si si.

Le nord aura le droit à plusieurs articles, 4 probablement, et dans celui-ci ce sera « la pratique de la chose »: pourquoi y aller, comment, des livres ou sites conseillés, où s’arrêter… Il y a évidemment plusieurs chemins possibles, et en 2 jours nous n’avons pas pu tout faire mais nous aimerions beaucoup y retourner alors si vous avez des adresses, des infos sur quoi voir que nous avons raté, n’hésitez pas à partager.

Pourquoi y aller ?

Regardez les photos qui accompagnent l’article, je trouve qu’elles valent 1000 mots :)

_dsc3096

Comment y aller ?

Pour commencer, il faut savoir que le Pays de Galles est un pays relativement petit, en un peu moins de 5 heures, vous allez du sud au nord. Nous sommes partis de Cardiff, qui est très au sud et notre premier arrêt a été Caernafon, relativement au nord et nous avons mis 4 heures. Nous avons loué une voiture avec Europcar, c’était le moins cher et c’est très pratique car vous faites comme bon vous semble, vous n’êtes pas obligé de suivre d’autres personnes. Contrairement à ce que l’on peut penser, louer une voiture ne revient pas si cher et a l’immense avantage de vous amener où vous voulez, vraiment ! Gros point positif : les autoroutes ne sont pas payantes ici donc une fois la location de la voiture payée, il ne vous restera que l’essence. Je vous conseille de prendre une bonne voiture capable de monter les plaines et montagnes : nous avions une Meriva et elle n’a pas apprécié la pente à 20%, nous avons bien cru que nous ne pourrions pas monter (sympa). Choisissez aussi une voiture confortable car vos popotins risquent d’y être un petit moment si vous faites un road-trip. En gros : louer une voiture est top, louer une voiture un peu plus cher mais confortable et efficace est mieux.

Des livres ou des sites à conseiller ?

Gros gros gros coup de gueule contre les guides touristiques connus et incapables de proposer un guide entier sur le Pays de Galles : POURQUOI ? C’est un pays il me semble ! Alors oui, il y a bien le Routard, mais c’est un combo Angleterre-Pays de Galles, genre ce dernier ne mérite pas d’être traité seul. Je pourrais dire « vive Lonely Planet » mais bon, en français le guide n’existe même pas, il faut le prendre en anglais… Ou alors je n’en ai pas trouvé. POURQUOI ? Je vais militer pour que quelqu’un sorte un guide sur le Pays de Galles! Heureusement que le guide en anglais est bien fait parce que je te dis pas la rage si en plus de ça il était nul ah !

J’ai aussi fouiné sur le net, Pinterest m’a beaucoup aidé (je vous mets le lien de mon tableau spécial Pays de Galles):

Où s’arrêter ?

Partout, absolument partout. Pas possible ? Okay, je réduis. Première chose quand on pense nord du pays : Snowdonia, évidemment, les montagnes ! Dans le Lonely Planet il y a un tour du mont Snowdon qui vous permet de voir plusieurs choses très, très interessantes. Ensuite, il y a beaucoup de châteaux alors faites votre choix suivant vos préférences ^^ Si vous recherchez de la ville, faites demi-tour car là-bas tout est nature et beauté originale!

Notre choix : Caernarfon, Snowdon, la montagne rouge, Beddgelert, Pen-y-Pass, Harlech (entre autres).

Un jour peut-être : Anglesey, Bangor, Conwy (entre autres).

Où dormir ?

Nous avons cherché des Airbnb au début puis nous nous sommes rabattus sur des hôtels car nous avons trainé mais il y a d’adorables Airbnbs dans la région, il vous suffit de regarder sur la carte (et si Airbnb vous intéresse, je peux vous parrainer grâce à ce lien).

Nous avons choisi cet hôtel:

13096136_34_z

Ty Dre Town House à Caernafon. L’hôtel est idéalement situé, en pleine ville, et le pub où vous pouvez prendre le petit déjeuner mais aussi les autres repas ou boire est à 1 rue. La chambre que nous avons eu était immense, grande salle d’eau, télé, cuisine, le lit était king size on a tellement bien dormi! Si je  retournais à Caernafon (et j’ai très envie d’y retourner) je retournerai probablement dans le même hôtel. Les chambres sont à partir de 59€ avec wifi et petit déjeuner, what else? J’ai réservé via Hotels.com et Igraal, si vous ne connaissez pas Igraal pensez-y c’est vraiment top il y a jusqu’à 6,5% de flashback avec Hotels.com et je peux vous parrainer si vous y accédez grâce à ce lien.

Voilà, je crois que je n’ai rien oublié… Le premier article nous amène à Caernarfon (dont voici le château) et j’espère que je serai capable de retranscrire la beauté de la chose ! Je vous souhaite une belle semaine, des bisous.

(L’article en anglais est ici)

_dsc2957

Coquilettes and cheese

Eighteen – Tep No

Hello, hello

Je ne sais pas bien quel temps il fait en France, j’ai vu des images de tempêtes, d’orages, et de beau temps… C’est assez confus pour nous de là-haut mais je vous souhaite bien du courage. Ici, aussi étrange que cela puisse paraitre, il fait très beau et chaud et ce depuis un bon moment maintenant! Nous mangeons donc un max de salade, mais il nous arrive quand même de faire des plats chauds lorsque l’on trouve qu’il ne fait pas assez chaud (c’est une blague) et c’est un de ces plats que je vous propose. Un classique anglophone: le mac and cheese, mais version frenchy car même depuis le Pays de Galles, on reste proche de notre douce France. Frenchy pour ces coquillettes, que l’on a du mal à trouver ici et le fromage utilisé. D’ailleurs, saviez-vous qu’en réalité cette recette viendrait de Suisse? Eh oui…

Petit plus: vous n’aurez qu’une grosse casserole (ou une cocotte) et un égouttoir à laver. Attention, il faut qu’elle aille au four aussi, c’est pour cela que j’ai pris ma cocotte.

Pour 4 gourmands/6 personnes: 250g de coquillettes, 1 cube herbes et huile d’olive (comme ça), 1 filet d’huile d’olive, 1 oignon, 200g de lardons, 40g de beurre, 40g de farine, 600ml de lait, 150g d’emmental ou de comté râpé puis de nouveau 50g d’emmental ou de comté râpé.

Prép: 5mn — Cuisson: 8mn + 10mn + 7mn

Mettez de l’eau à bouillir dans votre grosse casserole avec un peu de gros sel et un cube, ajoutez vos pâtes et faites cuire le temps indiqué sur votre paquet (généralement 8-10mn). Egouttez les pâtes.

Remettez votre casserole sur le feu,  ajoutez l’huile d’olive. Laissez-la chauffer un peu le temps d’émincer l’oignon puis ajoutez-le. Lorsqu’il est fondant, ajoutez aussi les lardons. Laissez cuire. Lorsque tout ce petit monde est cuit, ajoutez le beurre. Lorsqu’il est fondu, ajoutez la farine et remuez avec une cuillère en bois. Normalement, ça doit épaissir un peu. Ajoutez petit à petit le lait, toujours en remuant avec votre cuillère en bois afin d’avoir une sauce homogène qui s’épaissit. Remuez doucement pendant environ 7mn, votre sauce épaissit et reste lisse. Pendant ce temps là, faites préchauffez votre grill du four à forte puissance (j’ai mis 220°).

Sortez votre casserole du feu, ajoutez les 150g de fromage râpé, mélangez afin qu’il soit bien incorporé. Ajoutez vos coquillettes, elles auront probablement collées entre elles le temps que vous fassiez le reste mais ne vous inquiétez pas car vous allez les mélanger à la sauce et il n’y aura plus de problème.

Saupoudrez avec le reste de fromage râpé puis enfournez votre casserole. Laissez cuire jusqu’à ce que le fromage gratine un peu, il doit brunir et faire de petites bulles.

Et voilà, un bon plat réconfortant comme on les aime. Faites attention de ne pas vous bruler, ça sort du four hein (je parle par expérience). Je vous souhaite un beau week-end. Des bisous

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Nash Point, là où le soleil illumine

Ar Hyd Y Nos – Meinir Gwilym

Hello, hello

J’avais envie de commencer la semaine par ces photos, ce soleil. Avant toute chose, je tiens à préciser que ces photos ont été prises mi-janvier, en après-midi et que je les publie dans l’ordre où je les ai prises. Je le précise car vous allez voir que selon l’endroit où l’on se trouvait, la lumière change complètement, on croirait même que le soleil s’est couché alors que pas du tout.

S’il y a un paysage dont je ne me lasserai jamais, c’est bien la mer et encore moins si elle est accompagnée de falaises; je trouve ce spectacle fabuleux. Voir comment la nature se façonne, coordonne ses éléments, et comment la mer et le vent dessinent les paysages.

Le soleil et les nuages étaient relativement présent ce jour-là, accompagné d’un vent glacial et d’une petite brume; tout cela donné un spectacle ravissant auquel le soleil se reflétant dans la mer donnait cette touche « cherry on the cake ».

Si nous nous trouvons quelque part où se trouve une falaise, on ne peut s’empêcher de la monter afin de prendre de la hauteur. De là-haut, l’air déjà si pur (Nash Point est relativement désert), est encore plus glaçant qu’en bas, il nous a même été dur d’enlever les gants pour prendre les photos! Mais la vue est à couper le souffle (la photo d’en tête est prise d’en haut aussi). Vous pouvez voir sur la seconde photo le sens du vent et son effet sur les herbes. Il dessine de belles vaguelettes.

J’aime aussi les jeux d’ombres que nous a permis de faire ce beau paysage, aller savoir pourquoi, j’adore cette photo du Barbu. Je vous avoue que nous ne sommes pas restés très longtemps en haut, par peur de finir congelés. Nous sommes donc redescendus, avons retrouvé le petit cours d’eau qui menait à la mer, puis les cailloux.

Nous sommes partis de l’autre côté, sur l’autre falaise afin de voir le phare de plus prés, et si ça vous intéresse, vous pouvez même vous y marier. Sympa la vue pour les photos et la cérémonie, non?

Je ne peux évidemment pas me promener au Pays de Galles sans trouver quelques moutons et sans les prendre en photo. J’ai développé une passion moutons/mouettes/macareux depuis que nous sommes ici, mais je le vis bien. Je trouve qu’il a l’air sympa celui-ci en plus, non?

Tiens, je n’ai même pas pensé à vous préciser où se trouve Nashpoint. Ce magnifique endroit se trouve à Saint Donats, à moins de 50 minutes en voiture de Cardiff. Je vous promets que les minutes passées dans la voiture valent le coup, tellement le coup d’air que vous prenez dans la tête est pur et rafraichissant. Nous y sommes allés un dimanche et c’était une très belle façon de finir la semaine.

Le soleil se couche très tôt ici en hiver, nous avons attendu 15h30 que le soleil se couche un peu plus afin de lui dire au revoir, puis nous sommes rentrés, batteries rechargées pour la semaine à venir.

J’espère que la balade vous a plu, j’ai voulu commencer la semaine en douceur. Je vous la souhaite belle. Des bisous

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Les Capitaines

Vincent – Ellie Goulding

Hello, hello

L’autre jour j’ai eu envie d’une petite regression et de manger des bons gâteaux que je mangeais petite, les Captain Choc de Lu sauf que étant au Pays de Galles, c’est un peu compliqué à trouver. J’ai été faire un tour sur le site de La Super Supérette, me disant qu’ils avaient probablement la recette et j’avais raison youpi! Puisque j’ai trouvé la recette top top top et qu’elle a été approuvé par plusieurs personnes, je partage :)

Pour une bonne quinzaine (voir 20) Capitaines: 2 oeufs, 90g de sucre blond, 1 cuillère bombée d’arôme naturel de vanille, 1 pincée de sel, 1/2 yaourt nature (60g), 70g d’huile neutre, 40g de lait, 120g de farine, 1/2 sachet de levure chimique et 90g de pépites de chocolat noir ou au lait.

Séparez les jaunes des blancs d’oeufs. Battez les jaunes avec le sucre, l’extrait naturel de vanille et le sel. Ajoutez le yaourt, l’huile, le lait, mélangez puis ajoutez la farine et la levure, mélangez bien.

Battez les blancs en neige et incorporez-les délicatement à la pâte. Si vous avez de la patience, laissez reposer la pâte 1 heure au frigo, si vous me suivez régulièrement, vous devez savoir que lorsque ça concerne la gourmandise je n’ai pas trop de patience… J’ai donc laissé reposer la pâte 30mn. Et ça a été!

Préchauffez le four à 180°. Je l’ai fait préchauffer à 20mn de repos de la pâte comme ça j’ai eu le temps de faire la vaisselle, ranger les ingrédients et les 2, 3 trucs utilisés et il était temps de mettre en moule, par-fait.

Ajoutez les trois quarts des pépites de chocolat à la pâte. Versez votre pâte dans vos moules (j’utilise celui-ci) et parsemez le reste des pépites dessus. Enfournez pendant 10 minutes, surveillez la cuisson, ils doivent être dorés. Une fois cuits, laissez-les refroidir et conservez-les dans une boite, de ce fait ils seront bien moelleux.

J’ai été absolument ravie de retrouver ce bon goût de mon enfance, tout moelleux, tout doux avec de jolies pépites. En parlant de pépites, j’ai découvert grâce à un colis gentiment envoyé par notre famille de France le chocolat Poulain au lait: le mal incarné. Tellement bon! J’en ai fait des pépites pour ces petits Capitaines et c’était délicieux. Si vous voulez faire des pépites de chocolat noir, je recommande le Poulain noir. Le Poulain, c’est la vie. Voilà, c’est dit. J’espère que la recette vous plait et vous transporte vous aussi.

Des bisous

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Southerndown, petit bonheur doré

Bubble Toes – Jack Johnson

Hello, hello

J’espère que vous allez bien. Je vous retrouve aujourd’hui pour une petite balade sur la côte galloise. J’avais envie de vous parler de cet endroit car c’est un de mes endroits préférés, nous y allons aussi bien l’été pour se baigner que l’hiver pour se prendre un bon bol d’air frais. Ce que j’aime c’est la beauté du paysage; il n’y a pas juste la plage, il y aussi les ruines d’un château, des prés peuplés de moutons, et des falaises; c’est un endroit assez sauvage bien que fréquenté – c’est donc tout ce que j’aime ici!

Il y a un parking en bas, prés de la plage, qui coûte £4 et un en hauteur qui coûte à peu près le même prix. Je ne vous cache pas que celui du bas est plus rapidement que celui d’en haut car mine de rien, la côte quand vous remontez de la plage est assez rude. Alors pourquoi se garer en haut, hein? Alors, déjà un peu d’exercice ne fait de mal à personne mais aussi pour la vue, la vue est din-gue. Face à vous, les falaises et parfois quelques moutons, derrière vous, les prés balayés par le vent et parfois quelques moutons (les moutons = la base).

Lorsque vous descendez vers la plage, la vue est évidemment magnifique (ai-je besoin de le préciser à chaque fois?) et vous pouvez vous arrêter là ou continuer un tout petit plus votre balade pour retrouver les ruines du château de Dunraven (l’autre petit nom de Southerndown).

On se l’imagine difficilement mais ce château était grandiose en son temps. Les toutes premières pierres ont été posées au milieu du 12ème siècle par Arnold le Boteler, il n’est donc pas tout jeune et a depuis été possédé par plusieurs propriétaires; la famille Vaughan, la famille Wyndham, puis par mariage le second Compte de Dunraven, le troisième et ses descendants. Il a été remodelé au fil du temps, pour correspondre aux goûts de ses occupants, aux époques, il a aussi servi d’hôpital militaire pendant la Seconde Guerre et en 1963, c’est le drame: la maison est démolie. Les ruines font désormais parties du Glamorgan Heritage Coast et sont protégées. Lorsque vous entrez dans les ruines, vous trouvez un jardin très fourni en été, un peu triste en hiver (comme c’est le cas sur les photos) mais tout de même bien entretenu (admirez le vert de cette pelouse tout de même… on se croirait au Pays Basque – ahah).

Vous pouvez voir dans la photo de droite la Ice Tower, je ne peux pas vous le certifier à 100% car bien que j’y sois allée un bon nombre de fois je ne suis plus sûre de son utilisation: était-ce une sorte de congélateur naturel ou d’endroit pour entreposer le sel? En tout cas, c’était la pièce la plus froide. Elle est assez bien conservée je trouve et vous pouvez même aller à l’intérieur. Lorsque vous y entrez, vous comprenez pourquoi cela devait être sympa d’y vivre: la vue. Encore et toujours, la vue.

A Southerndown, il y a la plage où tout le monde va, relativement bondée en été car elle est assez petite et se trouve près du parking mais si jamais vous avez l’idée de vous y rendre je vous donne une petite astuce: continuez vers le château, puis marchez 3/4 minutes et vous tomberez nez à nez avec une falaise. Il y a quelques petits chemins, empruntez-les et vous vous retrouverez sur une plage, beaucoup moins fréquentée et tout aussi agréable.

Voilà. Notre petite plage privée dorée… Elle ne nous appartient pas, certes, mais il y a tellement peu de gens que vous avez l’impression d’être seuls.

Comme vous pouvez le voir, lorsque nous y sommes allés cette fois-ci le soleil était bien bas (mois de janvier oblige) et il se couchait déjà. Nous avons donc commencé à repartir vers la plage principale et vers la voiture.

Je pense sincèrement que je ne me lasserai jamais de cet endroit, c’est à environ 40 minutes de Cardiff en voiture mais la paix qui y règne le vaut véritablement. Il y a des endroits, comme celui-ci, où vous savez que vous pouvez faire le vide, trouver refuge, respirer un air pur. Je ne vous cache pas qu’au Pays de Galles, pas mal d’endroits nous coupent le souffle, Snowdonia par exemple en fait parti mais Southerndown aussi. L’un vous coupe du monde par les montagnes, l’autre par la mer, à vous de choisir, ou ne pas choisir d’ailleurs, personnellement j’aime les deux.

Nous sommes donc descendu sur la plage principale, dorée par le coucher du soleil…

Les couchers de soleil m’ont toujours plu, je trouve ce moment magique. L’effet du soleil doré sur le sable, les falaises qui s’illuminent, la mer et le ciel qui se transforment en or, et le bruit des vagues. What else?

Malheureusement, il faut bien repartir un jour et non seulement le soleil se couchait mais il faisait aussi très, très froid, avec un petit -8 degrés qui vous pique le nez. Nous avons regardé la fin du coucher de soleil depuis la voiture qui était garée sur la falaise et nous sommes repartis, ce dimanche soir, prêts à affronter le lundi qui arrivait.

J’espère que la balade vous a plu, les images ne retransmettent qu’un cinquième de la beauté de cet endroit mais j’espère vous avoir transporté quelques minutes dans un endroit de douceur dorée et vous souhaite une belle fin de semaine.

Des bisous

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

#HistoiresExpatriées n*2: Fêtes et lumières de fin d’année

Lauralee – Andrew Comb

Comme je vous l’expliquais dans le premier article #HistoireExpatriees n*1,  L’occhio di Lucie a lancé un rendez-vous mensuel autour de la vie d’expatriée(e) et j’ai trouvé l’idée super. J’ai donc décidé de rejoindre ce petit groupe d’expat, chaque mois le thème sera différent, j’ai hâte de les découvrir et vous faire découvrir la vie d’expat à travers ces thèmes. C’est Émilie du blog Expat en Floride qui est la marraine ce mois-ci avec comme intitulé « Fêtes et lumières de fin d’année ».

Je ne sais pas si vous le savez mais ici, au Royaume-Uni, Noël est un peu dingue… Dès début novembre l’ambiance arrive et alors le 1er décembre, c’est la fête du slip pare que tout le monde s’autorise à être complètement gaga. Cardiff ne fait évidemment pas exception et lance chaque année les festivités à une date bien précise, c’est donc à l’occasion du Step Into Christmas du 09 novembre (oui oui, si tôt) que j’ai pris la plus part de ces photos, j’espère que vous pourrez un peu tâtonner l’ambiance.

Tout d’abord, il y a les animations sur la place de la mairie avec de quoi faire plaisir aux plus petits: des manèges kitsch mais aussi aux plus grands avec la grande roue, la patinoire et de quoi régaler nos papilles. Nous avons juste été faire un tour vite-fait (je ne voulais pas rater le Père -Noël dans les rues…) mais j’aimerai beaucoup aller patiner et faire un tour sur la grande roue. Le Barbu serait bien rester plus longtemps à la patinoire parce qu’il aime bien regarder les gens tomber, cet homme est diabolique.

Nous sommes ensuite partis faire un tour en ville et admirer les décorations. J’avoue, elles ne sont pas fofolles mais, j’aime bien ça moi, la simplicité. Ce sont les mêmes que l’année dernière en grande partie sauf le sapin qui a fait scandale l’année dernière. Oui, oui, le sapin a fait scandale… On nous avait promis un sapin de la hauteur de l’Arc de Triomphe (rien que ça) et on s’était retrouvé avec un sapin en plastique, déguisé comme une voiture volée, qui ne dépassait pas le château ou à peine et les gens ça, ils n’aiment pas. Poussez-les dans la rue et ils s’excuseront mais ne déconnez surtout pas avec le sapin les gars!

Qui dit Noël, dit Père Noël et donc, l’entre du Père-Noël, l’endroit fabuleux où l’on peut le rencontrer et prendre des photos avec lui: Santa’s grotto.

Oui, alors, nous avons le droit à un vrai sapin cette année. Je vous laisse juger de sa déco, je vous mets aussi une photo en journée pour que vous puissiez juger très objectivement de sa déco…

Mais sinon, nous avons aussi de jolies, très jolies biches qui bordent le château. Lorsque je les ai vu l’année dernière j’étais très surprise, je n’en avais jamais vu et puis je les trouve super poétiques.

Il n’y a bien sûr pas de Noël sans marché de Noël! Je l’aime beaucoup, j’adore y passer, il est dans les rues piétonnes et bien qu’il soit assez riquiqui on y trouve de quoi faire plaisir aux yeux et aux papilles: la cabane à raclette, les churros, les spécialités allemandes avec les gros hotdogs; aux petits comme aux grands avec de super cadeaux à offrir ou s’offrir: le potier, la cabane de couronnes, les peintres, les vendeurs de fromages, de bière (of course!) et de gourmandises…

D’ailleurs, quelques secondes en plus à propos des marchés de Noël, vous pouvez en trouver un en ville, bien sûr mais il y en a aussi souvent dans les quartiers alors si vous êtes de passage à Cardiff, n’hésitez pas à vous promener dans les quartiers, les petites cours. Bien que je ne les ai pas tous fait, je vous recommande celui de Pontcanna à Kings Road Yard et vite vite le dernier de la série est aujourd’hui! Je ne vous le recommande pas seulement parce que j’y ai vendu quelques gourmandises (je n’y serai pas aujourd’hui) mais aussi parce que je sais que les personnes sont talentueuses et très sympas :) Cliquez sur ce lien pour la page de l’évènement.

Et la musique! Les britanniques sont dingues de musique de Noël, elles nous envahissent dès novembre, graduellement et en décembre c’est le pompom sur la Garonne puisqu’absolument tout-le-monde s’y met. Et il n’y a pas que ça, le Christmas jumper, vous connaissez? Apparemment ça arrive doucement en France sous le nom de « pull moche » alors que, honnêtement, c’est pulls sont peut-être kitsch mais certains sont loins d’être moches: les miens et ceux que j’ai offert à ma famille par exemple, sont très beaux! Je suis tout a fait objective et sûre de moi, la professeure de gallois de l’école où je travaille a dit « oh, I love that Christmas jumper miss », donc vous voyez, je ne suis pas la seule :D Le truc est qu’il n’y a pas que les Christmas jumper, il y a les costumes, les châpeaux, les pulls, les robes,… Et non ce n’est pas un déguisement. J’ai croisé une vendeuse habillé en robe parsemé de Pères-Noël, une autre en robe sapin etc. C’est juste une façon de vivre, et qu’est-ce que j’aime cette façon de vivre! Je vous dis pas que je les porterai hein, je m’en tiens au pull mais c’est assez fun et si vous voulez en voir plus je vous conseille cet article de Pomdepin, c’est un peu extrême mais pas tant que ça.

Nous habitons à Cardiff, au Pays de Galles et cela laissera des traces à jamais sur mes sapins :) Il y a celle que j’ai acheté au Etsy made local l’année dernière, mes deux toutes nouvelles reçues hier acheté chez Megan Tucker (paix & amour) puis celle que j’ai acheté au Pontcanna Christmas market il y a deux semaines. Si une grande partie du Royaume-Uni dit Merry Christmas, ici certaines personnes disent Nadolig Llawen  (en gallois donc) et c’est super chouette ;)

D’ailleurs, un Noël pourrait-il être merry sans Santa? Que ferions-nous sans ce bonhomme à barbe, hein? Alors pour finir cet article, une photo du beau Père-Noël de Step Into Christmas. J’espère que vous avez apprécié l’ambiance, n’hésitez pas à me dire comment vous faites Noël chez vous. J’ai lu les articles des autres participants et je trouve ça assez fun les différences qu’il peut y avoir.

Des bisous et nadolig llawen, of course ;)

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer